Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 01 novembre |
Tous les saints

Cette phrase de la mère de saint Louis qui rappelle le devoir de chaque parent

Julian Kumar / GODONG

Anna Ashkova - Publié le 24/08/20

"Mon fils, j'aimerais mieux vous voir mort que coupable d'un seul péché mortel". La fête de saint Louis, le 25 août, rappelle cette parole de la reine Blanche de Castille qui peut nous sembler d'un autre temps. Et si ces mots sublimes fondaient le devoir suprême de tout parent ?

« Mon fils, j’aimerais mieux vous voir mort que coupable d’un péché mortel », dit un jour au futur saint Louis sa mère, la reine Blanche de Castille. Mot admirable pour les uns qui y décèlent le cri d’une foi chrétienne profonde, pour laquelle la vie de l’âme et le salut éternel priment sur toutes autres considérations. Mot redoutable, mot scandaleux d’insensibilité pour d’autres qui y voient un certain mépris envers ce don de Dieu qu’est la vie et qui pensent que, la miséricorde divine aidant, le péché peut se racheter. Quels parents, en vérité, oseraient choisir ainsi entre la mort de l’âme et celle du corps de leur enfant si on les interrogeait ? Toutefois, il ne s’agit pas d’opérer un choix mais de prendre conscience d’un devoir.

Que l’âme de nos enfants ne soit jamais mal-aimée

Combien d’attention et de soins légitimes — d’argent, parfois — consacrons-nous à entretenir la santé physique de nos enfants, à la leur faire retrouver lorsqu’ils l’ont perdue ? Aucun sacrifice ne nous coûte. Mais pour la santé de leur âme, quels efforts accomplissons-nous alors que nous nous savons responsables devant Dieu de l’âme des enfants qu’Il nous a accordés ? Savons-nous éviter des conversations, renoncer à des films qui peuvent troubler de jeunes esprits ? Savons-nous faire passer leur bien moral avant notre plaisir ou notre intérêt, comme nous faisons passer leur confort physique avant le nôtre ?


Saint Louis

Lire aussi :
Une prière de saint Louis pour combattre le péché chaque jour

Ne négligeons-nous pas, enfin, de veiller avec autant de respect que de sollicitude sur leur évolution spirituelle pour déceler un trouble naissant, conforter leur fragilité, les délivrer d’un doute qui les ronge, comme nous surveillons l’harmonieux développement de leur corps ? Sans copier forcément l’héroïsme de Blanche de Castille, inspirons-nous de son exemple et établissons une balance : que l’âme de nos enfants ne soit jamais la mal-aimée, la laissée pour compte dans notre œuvre éducative.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
ÉducationEnfantsparentssaint louis
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : plus de messes après la Touss...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : ce que les évêques ont demand...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
NICE
Agnès Pinard Legry
Qui sont les trois victimes de l'attentat de ...
ATTENTAT EGLISE DE NICE
La rédaction d'Aleteia
En images : le récit d'une terrible journée
Mathilde de Robien
L'attestation pour se rendre à la messe de la...
Afficher La Suite