Aleteia
Mercredi 28 octobre |
Saint Jude

Le baiser est-il signe d’un engagement ?

YOUNG COUPLE, COUPLE,

kikovic | Shutterstock

Edifa - Publié le 07/08/20

Le baiser sur la bouche est un très beau symbole d’amour, le signe à la fois du don et de l’accueil. D’où la nécessité de la lenteur prudente à maintenir en attente de ce geste important dans une relation amoureuse.

Les baisers sont parfois dévalués, appauvris, standardisés : baisers pour faire comme tout le monde, pour séduire, pour jouer à l’adulte, ou encore baisers narcissiques, où l’autre n’est qu’un instrument de sa seule jouissance. Et pourtant, dans tout geste amoureux se cache une certaine gravité.

Il en est de l’amoureux comme du joueur d’échecs

Le baiser est trop beau pour être gâché. Comment nier la densité, l’impact du geste dans toute relation humaine ? Le geste est un moyen formidable de communication : il rend visibles et « palpables » les sentiments les plus intérieurs, les plus forts. Regardez sur un stade les embrassades délirantes des joueurs qui viennent de marquer un but !

Croire qu’un geste en amour n’a pas de conséquences est une naïveté. Le geste modifie la relation. Il y a une singulière différence entre désirer et faire. Réaliser le désir, c’est passer à l’acte. Poser un geste amoureux, c’est changer quelque chose dans le déroulement de la relation. Passer des regards aux caresses anodines, des caresses au baiser, du baiser à l’acte sexuel, c’est chaque fois franchir des paliers comportant souvent l’impossibilité de revenir en arrière. Il en est de l’amoureux comme du joueur d’échecs : dès que celui-ci a déplacé une pièce, la partie est engagée. D’où la nécessité de la lenteur prudente à maintenir en attente le geste décisif.

Quand le baiser a des conséquences sur l’avenir

Autant le geste a sa place normale dans la relation amoureuse établie qu’il vient alors nourrir, fortifier, célébrer, autant il doit être prudemment posé dans une relation débutante. Trop personnes qui reçoivent un baiser ont souvent tendance à penser qu’elles sont aimées follement… et pour toujours ! « Pourquoi m’as-tu embrassée si ce n’était pas sérieux ? », dira une femme, le jour où son amoureux cessera la relation. Le baiser est souvent vu comme un véritable engagement.




Lire aussi :
Couples : les heureux effets secondaires de la tendresse

Le baiser peut troubler, créer des culpabilités et marquer pour l’avenir, entraînant des comparaisons nocives dans la vie conjugale de demain. Enfin, il rend plus douloureuses les ruptures. Et plus loin il est allé, plus dure est la séparation. Rompre avec un flirt platonique, ça fait mal. Après un échange de baisers passionnés, ça fait très mal. Quand on est allé jusqu’au don de soi, ça fait très, très mal. Après des mois de vie commune, ça fait très, très, très mal, aussi mal qu’un divorce !

Certes, il ne faut pas dramatiser les conséquences possibles des gestes amoureux, tel qu’un baiser. Mais s’ils sont vécus « sans problème », c’est peut-être le signe qu’ils se sont terriblement banalisés. Vidés de toute signification, ils ont perdu en qualité ce qu’ils ont trouvé en quantité. « Le baiser le meilleur, disait un jeune, n’est pas le baiser le plus appuyé, mais celui qui dit le plus : ‘’Je t’aime’’. »

Trois conditions pour qu’un baiser devienne un vrai symbole d’amour

Si l’on désire des gestes d’amour riches, épanouissants, porteurs de plaisir et de joie, trois exigences s’imposent :

  • Une exigence de sens : des gestes qui expriment un amour authentique.
  • Une exigence de vérité : il importe que le corps ne tienne pas un autre langage que le cœur, la vérité dans la relation préservera de bien des souffrances.
  • Une exigence de maîtrise : prendre du recul pour voir s’il y a correspondance entre les gestes et les sentiments.

À ces seules conditions, le baiser devient alors un très beau symbole d’amour, le signe à la fois du don et de l’accueil. Croire à l’amour, à ses joies, à ses voluptés, c’est en respecter les signes, les rites, et s’en interdire les simulacres et les profanations.

Le baiser est un geste admirable, c’est pour cela qu’il ne faut ni le prostituer ni jouer avec, mais le réserver. Il est l’échange des souffles qui signifie l’échange de nos profondeurs : « Je me décentre afin de n’être plus à moi-même mon propre centre, mais que désormais mon centre ce soit toi ». Aimer, c’est vivre pour l’autre (c’est le don) et vivre par l’autre (c’est l’accueil) – et le baiser en est le signe merveilleux ! Rien d’étonnant à ce que les Pères de l’Église aient pu appeler l’Esprit saint « le baiser du Père et du Fils « !

Denis Sonet


Przytulona para młodych ludzi

Lire aussi :
Couple : contempler la nudité des corps sans honte ni concupiscence

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
AmourCouple
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
dessin caricature
Guillaume de Prémare
Terrorisme islamique : l’impasse du droit au ...
Afficher La Suite