Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 05 décembre |
Saint Gérald
home iconAu quotidien
line break icon

Comment recevoir un compliment sans tomber dans l’orgueil ?

WOMEN CHATTING

Shutterstock

Edifa - Publié le 27/07/20

Ce ne sont pas les éloges en eux-mêmes qui sont mauvais, c’est la manière dont on les reçoit qui peut l’être. Quelques pistes pour ne pas laisser l’orgueil s’immiscer en nous au moindre compliment reçu.

Vous vous ­souvenez peut-être de la confidence de la Petite Thérèse : « Le nez dans un livre, j’entendais tout ce qui se disait et même ce qu’il eût mieux valu pour moi ne point entendre, la vanité se glisse si facilement dans le cœur ! Une dame disait que j’avais de beaux cheveux… une autre, croyant ne pas être entendue, demandait quelle était cette jeune fille si jolie, et ces paroles laissaient dans mon âme une impression de plaisir qui me montrait clairement combien j’étais remplie d’amour-propre. Oh ! Comme j’ai compassion des âmes qui se perdent ! » (Ms A, 40 r°). La raison avancée est impressionnante : il y va du salut des âmes.

Le compliment bien dosé aide à l’authentique humilité

L’orgueil est une enflure du soi ; la superbe occupe tellement de place qu’elle devient le centre que seul Dieu doit occuper. Dieu est notre alpha et notre oméga, notre principe et notre terme. On rencontre donc deux sortes d’orgueilleux : celui qui se prend pour la source de tout (le suffisant) ; celui qui se prend pour le but de tout (l’égoïste). Le compliment ne conduit à l’orgueil que s’il incite l’autre à s’en croire l’unique origine ou l’unique destinataire. C’est la tentation que Thérèse perçoit en elle.

« Gratias tibi et Domino »

Ces deux critères nous montrent comment recevoir le compliment : en se souvenant que nos dons viennent ultimement du Père des lumières (Jc 1, 17), pour être mis au service d’autrui (Mt 10, 8). C’est ainsi que le cardinal Henri de Lubac remerciait en disant à celui qui le complimentait : « Gratias tibi » (« Merci à toi »). Et ajoutait intérieurement : « Et Domino » (« et au Seigneur »). En affermissant l’estime de soi, le compliment bien dosé (dans son intention, son objet et sa fréquence) aide à l’authentique humilité et permet d’éviter ces modesties (« Je ne suis rien », « Je ne sais rien », « Je ne peux rien ») qui ne sont que de la fausse monnaie et ont détourné tant de personnes de la juste humilité.

Père Pascal Ide et Sybille d’Oiron




Lire aussi :
Nos bonnes intentions sont-elles aussi pures qu’elles n’y paraissent ?

Tags:
gratitudeorgueil
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
La rédaction d'Aleteia
Benoît XVI : "Le Seigneur m’a retiré la parol...
EMMANUEL MACRON
Henri Quantin
Les catholiques sont des "citoyens exemplaire...
groupe de louange
La rédaction d'Aleteia
Humour : et vous, "parlez-vous le catholique"...
Afficher La Suite