Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Que faire pour entendre la voix de Dieu ?

Listen, Girl, Sea shell
Partager

Connaître la volonté de Dieu, comprendre son plan pour sa vie… Cela semble impossible et pourtant Dieu parle. Il faut juste apprendre à entendre sa voix dans le tumulte de sa vie.

Par moments, on en vient à penser que le bruit est notre idole moderne. L’homme ne croit plus à ce qu’il voit. Plus rien ne l’étonne. Et ce n’est pas un veau d’or qui pourrait l’impressionner. Aussi a-t-il remplacé les divinités visibles par les divinités audibles. Il ne peut se passer de bruit. C’est sa drogue, un besoin, une nécessité. Il adore le bruit. Le bruit remplit son monde intérieur et habite son âme. Il occupe son esprit. Il agit sur son corps. Que ferait-il sans son bruit ? Mais le bruit, telle une divinité jalouse, ravage tout sur son passage. Il se retourne contre ceux qui ne peuvent plus se passer de lui. Il devient malédiction inventée par la méchanceté de l’homme et rend fou. Asséné à haute dose, il est un redoutable instrument de torture. Inoculé insensiblement, il devient l’indispensable accompagnement de tous les instants de l’existence. Celui sans lequel on ne peut plus vivre. Il faut donc parfois retrouver le goût du silence, et donc le sens du silence, car là où règne le bruit, Dieu est absent.

Dieu est une parole de silence

« Dieu est dans le silence », dit un vieil adage qui retrouve toute sa pertinence. Dieu n’a pas renouvelé la bruyante théophanie du Sinaï, faite de tonnerre et d’éclairs. On se souvient de l’épisode de la vie d’Elie le prophète. Il a fui le reine Jézabel qui le menace de mort. Il s’est réfugié dans le mont Horeb. Il a attendu la manifestation de Dieu. Le récit raconte que Dieu ne s’est pas manifesté à lui dans les grands bruits de la nature, mais dans le doux silence d’un souffle qui caresse le visage. C’est dans le silence que le prophète fait l’expérience de Dieu.

Dieu est une parole de silence. C’est bien ce que beaucoup Lui reprochent. Il se tait, dit-on. À vrai dire, ce n’est pas tant qu’Il se taise, mais Il est du côté du silence. Présence ne coïncide pas avec agitation. Ainsi, Il est parmi les hommes. Ce ne sont pas les plus agités qui sont les plus présents, ce ne sont pas les plus bavards qui sont les plus parlants. Il y a là un curieux paradoxe : dans la Bible, Dieu n’est connu que parce qu’Il parle. Il parle à tel point que sa Parole (son Verbe) s’est incarnée. Jésus est cette Parole de Dieu. Et pourtant Dieu reste dans le silence. Il ne se donne à connaître qu’à ceux qui Le cherchent dans le plus grand silence.

Les vrais chercheurs de Dieu se sont toujours mis en quête de lieux de grand silence pour mener à bien leur investigation. L’expérience leur a appris que dans le bruit, ils seront toujours distraits. Leur attention sera toujours attirée par quelque autre centre d’intérêt. Peu à peu, ils seront détournés de ce dont ils veulent faire leur unique préoccupation.

Ces grands amis du silence attirent notre attention sur le danger que nous courons en nous laissant envahir, puis dévorer par les bruits. Toute leur vie crie silencieusement : « Chassez le silence, et vous chassez Dieu ! Si vous laissez occuper le délicat territoire de votre vie intérieure par les sons en tous genres, par les musiques ininterrompues, par le bavardage continu, vous n’aurez plus de place pour Celui qui vient d’un pas silencieux. Il ne s’arrêtera chez vous que si vous L’entendez venir. Sinon, Il passera. Il ne s’installera chez vous que si vous avez le temps de l’écouter. Il habitera votre silence. N’ayez pas peur du silence, si c’est un silence avec Dieu.»

« Suis-je prêt entendre le Seigneur me parler dans le silence ? »

Il y a donc un bon combat à mener contre l’inflation et l’invasion du bruit. Un combat pour Dieu, un combat pour l’homme. Dans l’ancien temps, le difficile était de se faire entendre. Aujourd’hui le problème est de créer du silence. Or le silence n’existe que… s’il n’y a pas de bruit ! Et l’absence de bruit est devenue insupportable pour certains, comme est devenue insupportable l’idée de Dieu. Il ne reste donc qu’une solution : ne plus accepter soi-même d’être les victimes passives des bruits en tous genres. Lutter contre l’invasion du bruit. Et la vraie lutte contre le bruit, c’est d’aimer et de rechercher le silence. Un silence habité par la Parole de Dieu. Combat difficile !

La requête du silence est une exigence éminemment personnelle. Elle est du même ordre que la quête de Dieu. Ce n’est pas pour rien que l’un ne va pas sans l’autre. Chacun doit se poser les bonnes questions : suis-je prêt à affronter le silence ? Suis-je prêt à me passer de toutes les interférences sonores et à me retrouver face à moi-même ? Suis-je prêt à rencontrer Dieu, et à L’entendre me parler dans le silence ?

Alain Quilici