Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 02 mars |
Bienheureux Charles le Bon
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Jeux vidéo au sein du couple, un tue-l’amour ?

Couple, Games, Playstation, Computer, Argument,

© ALPA PROD

Edifa - publié le 24/04/20

Rien de mieux qu’une bonne partie de jeu vidéo pour se détendre et se changer les idées, disent les aficionados de la manette. Seul hic, le conjoint, qui peut se sentir délaissé, n'est pas toujours du même avis. Le jeu peut-il devenir une menace pour le couple ? Si la relation du couple est en péril, que faire d’un côté et de l’autre pour la sauver ?

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

« Il est scotché à la télévision toute la journée » ; « Quand il joue, je ne peux même pas lui poser une question » ; « Un soir, je lui ai mis sa PlayStation dans le lit »… Que de personnes ont déjà proféré ces plaintes, et souvent avec beaucoup d’agressivité. Et avec le confinement, les doléances ne font qu’augmenter… L’animosité d’un ou une conjointe, qui n’a rien contre les jeux vidéo en soit, mais qui souffre de ne pas compter autant qu’eux, est compréhensible ! Afin de remédier à la situation et éviter les disputes et les rancunes, mieux vaut mettre en place quelques principes.

Attention à l’addiction

Un conjoint ne peut priver l’autre d’une activité qui l’épanouit. Monsieur a son compartiment distraction : les jeux. Pour d’autres, ce sera la chasse, la pêche, le bricolage, la cuisine, les cartes, l’ordinateur… On ne saurait le lui reprocher, d’autant que son épouse a aussi le droit de vivre ce qu’elle aime : travail, sport, danse, chant, rencontres entre amies… L’épouse peut aussi essayer de partager l’activité de son mari et faire quelques parties de jeux avec lui.


VIDEO GAMES

Lire aussi :
Serge Tisseron : « Pour les jeux vidéo, le pire serait de décréter : c’est de la connerie ! »

Toutefois, il n’est pas bon que cette activité occupe la totalité du temps libre. Dans ce cas, il s’agit d’une addiction avec ce qu’elle suppose de dépendance et d’indifférence à l’entourage. Si l’un des deux est devant ses jeux vidéo tous les soirs et les week-end, la frustration peut être grande chez l’autre qui rêve que ces moments soient de vrais temps à deux ! Dans ces cas-là, il peut être utile de consulter un professionnel.

Compenser le manque d’attention

En définitive, un couple ne peut être toujours fusionnel. Un couple doit pouvoir « respirer », avec des temps forts d’union affectueuse alternant avec des temps (raisonnables) où chacun va se ressourcer dans une activité qu’il aime. Se ressourcer en particulier en consacrant un temps à sa relation personnelle avec Dieu. On n’est jamais le propriétaire absolu de son conjoint. Aucun ne peut être possédé en totalité par l’autre, car il appartient d’abord à son Créateur, à Dieu qui communique à chaque personne son propre mystère et donc se réserve le fond mystérieux de son intériorité.

Denis Sonet

Tags:
AddictionCouple
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite