Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 03 décembre |
Saint François-Xavier
home iconAu quotidien
line break icon

Une bonne méthode pour faire marcher sa mémoire

STUDYING

Candybox images - Shutterstock

Edifa - Publié le 19/04/20

Au moment où les parents sont obligés de faire l’école à la maison, un spécialiste révèle les bonnes attitudes à adopter pour renforcer la mémoire.

À quoi ça sert d’apprendre, si c’est pour tout oublier ensuite ? A l’heure où les parents peinent à faire apprendre des leçons à des enfants confinés et où les étudiants doivent travailler tous seuls pour se préparer aux examens de fin d’année, cette question revient fréquemment. Alain Lieury, professeur de psychologie cognitive, décortique de façon très accessible le fonctionnement de la mémoire. De quoi redonner courage à ceux qui interprètent à tort comme une perte de mémoire (ou un manque de mémoire) sa mauvaise utilisation.

Une méthode d’apprentissage qui en cache plusieurs autres

L’enfant apprend sa poésie et le lendemain, ne parvient à en restituer que des bribes… On retient une liste de choses à faire dans la journée ou de produits à acheter au magasin, puis on parle d’autre chose et quelques minutes après, on a presque tout oublié… La mémoire à court terme est artificielle, explique Alain Lieury dans son ouvrage Une mémoire d’éléphant ? Vrais trucs et fausses astuces, le problème, c’est que les élèves y ont majoritairement recours. C’est même la définition du bachotage. Le chercheur rappelle que dès saint Augustin, les penseurs ont eu l’intuition de la capacité limitée de la mémoire.

Pour augmenter la durée de vie de ce qu’on apprend, il faut multiplier les rappels mémoriels. Et les diversifier : il y a plusieurs mémoires, et donc plusieurs méthodes d’apprentissage à combiner entre elles. Alain Lieury évoque plusieurs mémoires : la mémoire lexicale appelée aussi la « carrosserie des mots » (orthographe et prononciation), la mémoire sémantique, qui concerne le sens général de ce qu’on apprend, la mémoire des visages, la mémoire des images, ou la mémoire procédurale (nager, faire du vélo, conduire une voiture…) qui ne se perd quasiment jamais, sauf accident.

Alain Lieury rappelle les bons moyens pour parvenir à mémoriser les choses importantes : bien résumer et hiérarchiser les connaissances, reformuler, organiser des « indices de récupération », aide-mémoire, moyens mnémotechniques… Dès tout petit, un enfant qui raconte le soir en famille ce qu’il a appris la journée, peut le mettre en pratique avec un jeu de société, y revenir par le biais d’un livre d’images ou d’une histoire, et combiner le tiercé gagnant de la mémoire.

Clotilde Hamon


GIRL SLEEPING

Lire aussi :
Le sommeil, le meilleur allié pour apprendre ses leçons !

Tags:
Éducation
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
Mgr Marc Aillet
Reprise des messes : César n’est pas Dieu
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Domitille Farret d'Astiès
Olivier Giroud a une bonne nouvelle à annonce...
Afficher La Suite