Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 03 décembre |
Saint François-Xavier
home iconAu quotidien
line break icon

Depuis quand n’avez-vous pas pris la température de votre couple ?

PARA

Ivanko80 | Shutterstock

Edifa - Publié le 18/04/20

Le Covid-19 vous impose d’être vigilant à votre température, un des symptômes de la maladie étant une forte fièvre. Mais qu’en est-il de la température de votre couple ? N’est-il pas infecté par de mauvais réflexes qui étouffent ou refroidissent votre conjoint et vous-même par la même occasion ?

« C’est chaud ! » Cette expression, employée au sens figuré, peut aussi désigner une situation érotisée par les corps dévêtus en raison de la chaleur, et, par extension, une attitude suggestive. Par un déplacement de sens évocateur, on l’emploie pour qualifier une situation difficile ou inconfortable, sans doute pour signifier le risque de brûlure ou de débordement, et donc le caractère difficile à contrôler d’un événement. Tout ça pour dire que le mariage, « c’est chaud » ! Se demander parfois à quelle température est son couple interpelle tous les aspects de la vie conjugale. 

Poser le bon diagnostic 

Nous sommes tous sensibles à la chaleur ou à la froideur d’une personne. La froideur, tout comme le caractère « sauna-hammam » très étouffant d’une personnalité, déstabilisent notre équilibre intérieur. Il ne s’agit pas d’inventer l’eau tiède, mais il est intéressant d’écouter en soi et en l’autre dans quel climat nous nous percevons, et si nous le percevons de la même manière. Il y a le climat que je pense dégager, celui que l’autre perçoit. Et il y a le climat que nous produisons ensemble. Souvent ce climat « parle » beaucoup plus que ce que nous croyons, car il parle de tout ce que nous n’exprimons pas. Il nous surprend, nous dépasse, nous oblige à reconnaître que ce que nous voulions taire se manifeste autrement. N’est-ce pas le cas des orages ? Une explosion due à l’accumulation d’électricité, d’humidité, et de chaleur.

Il s’agit de diagnostiquer et faire connaître à l’autre ce qui crée du froid en moi dans son attitude ou ce qui m’étouffe, me brûle. Le but : déjouer le mécanisme ! Notre affectivité s’est développée avec les inévitables manques ou trop-pleins de chaleur, malgré toute la bienveillance de notre famille, et nous créons souvent un climat en réaction. Difficile de rééquilibrer un mauvais réflexe et, pourtant, c’est un enjeu de la vie de couple.

Comprendre les ressorts de chacun… et changer

Quand j’envoie du froid ou trop de chaud à mon conjoint, je cherche à me protéger de quelque chose. Est-ce que je me sens jugé(e) ? Dévalorisé(e) ? M’a-t-il trop privé(e) d’écoute ou de tendresse ? Est-ce compliqué pour moi d’obtenir son attention ? À l’inverse, suis-je dépendant(e) de ses humeurs, avis, choix ? Ai-je ma part d’initiatives ? Suis-je bridé(e), contrôlé(e) par l’autre ? Ai-je le sentiment de n’en faire jamais assez ? De devoir m’adapter, sans réciproque ? De quoi ai-je peur de manquer ? De liberté ? De proximité ?


COUPLE

Lire aussi :
La gratitude, le carburant indispensable du couple

Après avoir cherché à comprendre les ressorts de chacun, vient le désir de changer ou d’améliorer ses propres capacités à créer de la chaleur douce pour son conjoint. Je peux agir ou me comporter de manière à répondre à un besoin qu’il a exprimé. Je peux aussi ouvrir les yeux, ou me redire intérieurement et lui dire tout ce qu’il fait pour moi et qui me fait du bien. Peut-être quelqu’un devient-il étouffant quand ses gestes de bienveillance ne sont pas reconnus, reçus. Il pense ainsi devoir en rajouter. On oublie en effet parfois de redire sa gratitude pour tout ce que l’autre nous donne et d’y regarder avec précision. Cela fait chaud au cœur d’exprimer ou de recevoir des mots reconnaissance pour un geste, un sourire, un regard, ou de pardon pour une indélicatesse ou une râlerie, de joie pour un bon moment vécu ensemble.

Sophie Lutz

À lire aussi : Les secrets des couples heureux
Tags:
Couple
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
Mgr Marc Aillet
Reprise des messes : César n’est pas Dieu
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Domitille Farret d'Astiès
Olivier Giroud a une bonne nouvelle à annonce...
Afficher La Suite