Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le chapelet vous ennuie ? Deux raisons d’en faire votre prière préférée

Shutterstock
Partager

Au début de son pontificat, saint Jean-Paul II faisait cette confidence : « Le chapelet est ma prière préférée. Prière merveilleuse dans sa simplicité et sa profondeur ». Prière merveilleuse ? Ce n’est pas toujours l’impression que donne la récitation du chapelet ! 

Le caractère répétitif de la prière du chapelet peut heurter notre spiritualité qui préfère l’intimité de la contemplation ou la solennité de la liturgie à la succession des « Ave ». Dans ce sens, le chapelet est une prière de purification… Et c’est bien ainsi ! Toutefois, il arrive que cette prière nous ennuie. Alors, comment la faire dans ce cas ? Il y a plusieurs approches possibles.

Diviser la méditation des mystères dans la journée

Prier le chapelet demande une attention détendue. Attention, il ne s’agit pas d’une distraction évasive ! Ni même une concentration laborieuse ! La répétition permet de laisser résonner les paroles. C’est comme un mouvement qui nous emporte. Le chapelet n’est pas une routine mais une route qui nous conduit, par Marie, au Christ. Les paroles mêmes qui sont priées ont toute leur importance. Lorsque Marie entendit la salutation de l’ange : « Chaïré ! » (« Réjouis-toi ! »), tout Israël, toute l’humanité, tout l’univers se sont réjouis avec elle. Le salut du monde a commencé par ces mots : « Chaïré » ! Réciter le rosaire, quels que soient les mystères, c’est toujours s’unir à cette joie de Marie qui accueille le Sauveur.

Saint Jean-Paul II nous invitait à méditer avec Marie les mystères de la vie du Christ. C’est une manière d’adorer et d’éviter « la récitation mécanique de formules », comme le disait le pape Paul VI. Il ne s’agit pas d’une réflexion, mais d’un regard simple et paisible posé sur un aspect du mystère contemplé. Une image peut fixer notre attention, une parole peut demeurer en nous pendant que nous récitons tranquillement la salutation angélique. On peut aussi diviser la méditation des mystères en plusieurs temps dans la journée.

La prière du chapelet plaît à Marie

La prière du chapelet est une prière d’intercession. Saint Pie X disait : « Donnez-moi une armée qui récite le chapelet et je ferai la conquête du monde ». C’est si simple et si beau d’intercéder pour celles et ceux qui se confient à nous par la prière du chapelet. Le chapelet est la prière des pauvres, et c’est parce que nous sommes trop riches que cette prière nous semble difficile.

La prière du chapelet plaît à Marie. Partout où la Vierge apparaît, elle demande de prier le chapelet. La raison profonde nous échappe. Mais n’oublions pas que c’est en se plongeant sept fois dans le Jourdain que Naaman le lépreux, sceptique devant la simplicité de la prescription, ressortit guéri… C’est cela aussi le chapelet !

Nicolas Buttet 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]