Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

« C’est pas mon tour ! » : et si vous repensiez le partage des tâches familiales ?

ZMYWANIE
granata68 | Shutterstock
Partager

Vider le lave-linge, sortir la poubelle… Même si dans une famille les tâches ménagères sont faîtes à tour de rôle, les cris et les bagarres sont souvent au rendez-vous. Pourtant, il existe une solution simple pour mettre un terme à ces disputes…  

Nombreuses sont les familles, qui ont mis en place un tour de service. Vider le lave-vaisselle, mettre le couvert, passer l’aspirateur… Et pourtant, malgré un tableau de tâches à réaliser, on y entend souvent, plusieurs fois par jour : « C’est pas mon tour ! ». S’ensuivent alors des disputes entre enfants et parfois même entre conjoints. Comment remédier à ces chamailleries ?

Celui dont c’est le tour est celui qu’il va falloir aider 

Le tour, s’il a le mérite d’offrir un cadre juste, cantonne pourtant le service en deçà de la charité. Or, si la charité, pour s’exercer, a souvent besoin de justice, elle ne peut être limitée par elle. Dans le service de la vie quotidienne, l’objectif n’est pas seulement d’aider, mais au travers du service rendu d’apprendre à aimer et d’expérimenter qu’il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Alors, comment faire quand tout est dicté par le magnifique tableau des tâches à réaliser par chacun au quotidien ? Faut-il le bannir ?

Non, mais il faut sans doute commencer par lui donner un autre sens, ce qui suppose de rappeler, comme dans tout jeu, quelle est la règle. Ainsi, celui dont c’est le tour de service n’est pas celui qui doit tout faire au risque que les autres soient en position d’immunité. Non, celui dont c’est le tour est celui qu’il va falloir aider. C’est bien lui qui a une responsabilité collective, mais la collectivité a pour responsabilité de lui venir en aide, de telle sorte qu’il ne soit ni écrasé ni humilié dans l’exercice de son service. Procéder ainsi, c’est introduire de l’imprévisible dans ce qui est prévu. Ainsi, on développe la vigilance envers l’autre plutôt que la désobligeance ou la désinvolture. Cette attention envers celui qui sert conduira les autres à lui faciliter la tâche sur d’autres plans pendant qu’il rend service.

Vincent de Mello