Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le seul mot qui donnera du sens à votre prière… et à votre vie

WOMEN
Partager

Amen ! Que de fois nous prononçons ce mot, souvent par routine, à la fin d’une prière ou d’une parole, comme s’il s’agissait d’un point final. Pourtant, il donne au texte une ouverture qui fait corps avec notre vie.

L’horizon n’est jamais fermé lorsque nous disons « amen ». Pour goûter le fruit que cache ce mot, il faut dépasser l’écorce, en extraire la sève et le sens. « Amen », de la racine hébraïque « ‘mn », signifie « solidité, fermeté ». En disant « amen », nous faisons nôtre une prière, un texte, nous faisons confiance à une personne : « Oui, ce que nous venons d’entendre, c’est du solide, et pour cela nous apposons notre amen, notre oui ». Ce terme hébreu a donc un aspect relationnel. Ainsi, dire « amen » à Dieu, c’est Lui signifier qu’Il est fiable, lui « le Dieu fidèle » (Is 65, 16), et que nous pouvons toujours lui faire confiance. « Béni soit le Seigneur pour toujours ! Amen ! Amen ! » (Ps 88, 53).

Dire « amen », c’est se fier à la parole du Christ

Jésus, qui parlait l’araméen, utilisait beaucoup le mot « amen ». Saint Jean en a donné plusieurs exemples dans son Évangile. Jésus enseigne en commençant souvent par ces mots : « Amen, amen, je vous le dis » (Jn 10, 1), expression traduite par « en vérité, en vérité ».  Dans le Nouveau Testament, Jésus Lui-même est appelé le témoin fidèle, « l’Amen » (Ap 3, 14).  » Et toutes les promesses de Dieu ont trouvé leur « oui » dans sa personne. Aussi est-ce par le Christ que nous disons à Dieu notre « amen », notre « oui », pour sa gloire » (2Co 1, 20).

Dire « amen » à Dieu, c’est se fier au Christ, croire à ce qu’Il dit :  » Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure » (Jn 14, 23). Cette Foi en la parole de Jésus se concrétise par l’adhésion à une doctrine que l’Église va développer. Par exemple, le Credo et l’Apocalypse se terminent avec « amen ».

Dire « amen », c’est affirmer notre union au Christ

À la fin d’une prière, nous proclamons « amen » pour exprimer que nous acceptons son contenu. Lorsque nous recevons le Corps du Christ, nous répondons aussi « amen ». Nous adhérons à son Corps qui fait l’Église, dans le sens d’une adhésion au Christ. Nous n’exprimons pas seulement un souhait, comme « ainsi soit-il », au contraire, nous affirmons notre union au Christ qui se donne à nous sous le signe du pain.

C’est comme si nous disions : « Eh bien oui, amen ! Nous croyons et nous adhérons au Christ de tout notre cœur ». Et nous devenons amen dans le Fils, qui vit et règne avec le Père dans l’unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

Jacques Gauthier

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]