Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment éviter que sa prière du soir ne se transforme en routine

Woman, Bed, Night, Sleep,
© Stock-Asso
Partager

Le soir, en récitant vos prières vous ne ressentez presque rien ? Vous répétez les mêmes mots sans réfléchir à leur sens ? Il est peut-être temps de donner à votre prière un peu de nouveauté !

Nous rêvons tous de faire de notre journée une offrande de prière, une vie amoureuse avec Dieu, selon une prière continuelle toujours poursuivie, jamais atteinte. Le soir, écrasés de fatigue après une journée sans répit, il nous reste à peine quelques minutes au bord du lit et du sommeil. La prière du soir est la prière de la onzième heure, des cinq dernières minutes, du dernier soupir. Elle se présente souvent comme un chapelet qui ne s’achève jamais, ou bien comme la récitation de quelques prières, toujours les mêmes, qui sont belles mais qui subissent l’usure du temps. Tout cela est mieux que pas de prière du tout, mais l’âme crie famine. Comment lui insuffler un brin de vie ?

Trouver un bon moment avant le coucher

La prière n’est une vie que si elle est quotidienne. Il ne saurait être question d’y renoncer sous prétexte de médiocrité et de répétition. Mieux vaut consolider et relancer : l’être vaut toujours mieux que le non-être. En premier lieu, il convient de chercher le bon moment. Le soir n’est pas toujours le meilleur. Il est le moment par défaut, lorsqu’on n’a pu faire autrement. N’y aurait-il pas un temps mieux placé, à la charnière de deux activités ? Par exemple, entre l’après-dîner et le début de la soirée ou bien, en rentrant du travail. Il revient à chacun de trouver ce moment, il y en a sûrement un.

 

L’important est que cet instant soit de qualité. Pourquoi donner à Dieu les restes de sa journée ? L’intimité à laquelle il nous convie mérite mieux. L’instant de qualité est, de ce fait, pris sur le reste. On ne prie pas la main sur son smartphone, on donne à son Seigneur l’attention qu’il requiert. Il y a une politesse de l’amitié.

Renouveler sa prière du soir

L’amour aime la surprise. Y contribue l’alternance d’un auteur spirituel, d’un Évangile, d’un office. Pourquoi ajouter l’ennui à l’effort ? La pénitence n’est pas de mise. La prière est faite pour nourrir et même pour faire plaisir. Il suffit de se procurer un livre des Heures ou de s’abonner à un mensuel comme Magnificat où l’on peut ainsi prier, à toute heure du jour, l’office de l’Église. Prier l’office, seul ou à plusieurs, nourrit de l’Écriture, et dilate le cœur aux dimensions de l’Église. Les mots de Dieu valent mieux que certains examens de conscience, qui ne sont guère qu’une séance d’introspection. Il n’est pas interdit de faire de son pyjama un vêtement liturgique !

Thierry-Dominique Humbrecht

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]