Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 06 décembre |
Saint Nicolas de Myre
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Les deux secrets de la prière continuelle

Femme priant

fizkes - Shutterstock

Edifa - publié le 02/02/20

« Restez éveillés et priez en tout temps » (Lc 21, 36). Qui n’a jamais rechigné devant cette exigence ? Il nous est déjà si difficile de tenir bon quelques minutes dans la prière ! Pourtant, il y a une vertu qui peut nous aider à avoir une prière audacieuse et tenace.

En matière de prière, le culot et l’endurance paient. Tel est l’enseignement de l’Écriture, depuis le marchandage d’Abraham (Gn 18) jusqu’à la parabole de l’ami importun (Lc 11, 5-8). Hardiesse et ténacité sont les garants de l’efficacité. Prier relève ainsi de la vertu cardinale de force.

1Avoir le désir de prier

Comme la liturgie nous le laisse entendre, nous ne récitons pas le Notre Père, nous osons dire (audemus dicere) — avec quel frémissement — Notre Père. C’est une audace inouïe quand on y pense d’oser frapper à la porte de l’éternité pour quémander ce dont nous avons besoin. Jamais nous n’oserions le faire si le Seigneur lui-même ne nous avait invités par son enseignement à nous enhardir !

Ne craignons pas de réveiller celui qui ne dort jamais (Ps 121), car le Père est toujours à l’œuvre (Jn 5, 17). Ne craignons pas de cogner à la porte de Dieu, de lancer vers lui nos pauvres cœurs de pierre comme pour en lapider le ciel. Harcelons gaillardement la Providence, car nous avons appris que notre désir de recevoir sera toujours infiniment inférieur à son désir de nous donner. Voici d’ailleurs le secret d’une prière continuelle : le désir. « Ta prière, c’est ton désir », disait saint Augustin. Quand est-ce que la prière cesse ? Non quand la langue se tait, mais quand le désir s’épuise. La question de vérité est donc : qu’en est-il de notre désir de prier ?




Lire aussi :
Est-il possible de prier tout le temps ?

Le Seigneur donne en exemple, pour nous apprendre qu’il faut toujours prier sans jamais se lasser, une veuve enquiquinante qui tambourine toute la nuit à l’huis d’un juge inique (Lc 18, 1-8). Quel désir soulève cette femme ? Quelle révolte lui donne cette obstination ? Dans son pugilat nocturne contre la porte d’iniquité, elle ne désarme pas ! Elle mène avec ténacité ce combat d’avant l’aube. On ne lâche pas facilement prise quand on aime. La comparaison vaut ce qu’elle vaut, mais attendons-nous Dieu avec la même ardeur dont fait preuve la petite veuve ? N’avons-nous pas laissé baisser le feu en nos cœurs assoupis ? Rien n’alimente plus, dirait-on, la forge puissante de notre désir, de cette respiration haletante d’espérance qu’est essentiellement la prière.

2Ne jamais se décourager

Un chrétien, en effet, prie comme il respire, constamment. Sans arguer que, tout occupé qu’il est à respirer, il ne peut rien faire d’autre, mais bien certain, en revanche, qu’il ne peut rien faire d’autre sans respirer. Les occupations de ce monde l’essoufflent-elles ? Qu’il prenne le temps de l’oraison, ce grand bol d’air réparateur. Inutile de s’agiter, qu’il se tienne là, à la porte du tabernacle, simplement, tranquille et espérant. Qu’il ne fasse point comme ce petit enfant qui, soudain, dans la rue, ne voit plus sa mère : il se met à courir en tous sens, il va, il vient, il retourne, il s’affole, il zigzague en pleurant, mais il a tort ! S’il a suffisamment de raison et de force d’âme pour s’arrêter et patienter sans bouger, sa mère le retrouvera plus vite. Voilà bien le paradoxe : plus l’enfant l’attendra longtemps, plus sa mère le retrouvera vite ! Il faut seulement attendre et appeler.


PRAY

Lire aussi :
Ce simple mot par lequel nous devons commencer toutes nos prières

Croit-il donc, cet enfant, qu’il est seul à chercher dans la nuit ? A-t-il si peu de confiance en sa maman ? Ne sait-il pas que c’est elle, la plus inquiète des deux, qui fera l’essentiel du trajet pour le chercher ? Il en va ainsi du Seigneur. Avons-nous si peu de foi en lui ? Ignorons-nous qu’il est le plus impatient et que, déjà, il est sorti à la recherche de ceux qui l’espèrent et crient vers lui sans se décourager ?

Guillaume de Menthière

À lire aussi : les conseils de saint Jean Paul II pour prier
Tags:
oraisonPrière
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite