Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Pourquoi Jésus a-t-il décidé de se faire baptiser par saint Jean ?

Baptism of Christ
© Gianni Dagli Orti / The Art Archive / The Picture Desk
"Le baptême du Christ", par Mattia Preti.
Partager

Pourquoi Jésus s’est-il laissé baptiser par saint Jean ? Pour rien. Son baptême ne lui sert à rien. Mais il nous sert nous, et tous les jours.

« En ces jours-là, Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée, et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain » (Mc 1, 9). Mais lui, le principe de la nouvelle alliance, n’a pas besoin d’une purification (d’ailleurs marginale) de l’ancienne. Ce baptême n’est pas le baptême chrétien, par définition, puisque c’est Jésus qui en est, au contraire, le fondement ! En outre, ce signe de pénitence pour les péchés n’est d’aucun effet sur celui qui, par excellence, n’a aucun péché à purifier. Ce baptême semble inutile. Et pourtant…

Par son baptême, Jésus manifeste les desseins sauveurs du Père

Jésus accomplit ce geste, non pour lui, mais pour nous. Il marque en effet, en sa personne, le trait d’union entre les deux Testaments. Jésus récapitule l’Ancien en inaugurant le Nouveau. Il assure la continuité en instituant une rupture : lui-même. Le même Dieu, pourtant, pardonne, avant lui et par lui. Ce même Dieu, c’est lui-même. Le baptême voulu par Jésus, conféré par Jean, est l’orchestration du dessein de toute la Bible. Le même Dieu d’amour pardonne, sauve, aime. Jésus ne cherche pas à vivre mais à montrer. Il manifeste les desseins sauveurs du Père.

Ainsi en va-t-il de la liturgie : elle manifeste ce que Dieu entend nous donner. Comme le disent saint Augustin et une préface de la messe, « nos chants n’ajoutent rien à ce que tu es, mais ils nous rapprochent de toi, par le Christ notre Seigneur ». Nous remercions Dieu d’être Dieu pour nous. Il nous fait participer à sa gloire. Oui, Dieu sait bien ce que nous lui demandons, mais il veut que nous le lui demandions pour nous, et par le Christ. Cela nous fait du bien, en tant que cela nous élève vers lui.

La prière qui nous transforme en profondeur

Il faut comprendre combien la prière, et particulièrement la liturgie en tant que porteuse de toute prière possible, est transformante. Non qu’elle accomplisse des miracles, du genre : « Je prie, hop ! ça marche », mais elle nous transforme en profondeur. Elle nous rend chrétiens et, à ce titre, nous apprend à voir et à agir selon Dieu.

Nos pensées et nos actes sont modelés par cette transformation. Le résultat n’est plus le même. C’est cela qui est changé ! Le miracle, c’est nous, en train de nous tourner vers Dieu. Ceux qui célèbrent un office, chaque jour ou presque, par exemple les vêpres ou les complies, en font l’expérience. Leur prière respire l’oxygène de l’Église.

Thierry-Dominique Humbrech