Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Les cadeaux des rois mages, symboles d’une prière réussie

Public Domain
Partager

Les rois mages ont apporté à Jésus de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Nous connaissons la signification de ces cadeaux mais un peu moins leur impact sur notre prière…

L’or définit le roi, l’encens célèbre le Dieu, la myrrhe annonce sa mort. Ces cadeaux apportés par les rois mages à Jésus symbolisent les fondements de toute prière.

La prière est royale

Elle célèbre les fastes de ce Dieu qui est notre roi. Elle se fait louange, gloire rendue, ce qu’on appelle aussi « doxologie » (comme, à la fin du chant d’un Psaume, l’invocation « Gloire au Père, au Fils, au Saint-Esprit »). La prière, liturgique ou personnelle, ne saurait oublier de se faire doxologie. La prière décentre, elle nous invite à nous occuper de Dieu plutôt que de nous. Et nous savons bien que, dès que nous nous occupons de lui (lui qui ne cesse de s’occuper de nous), nous nous portons mieux.

La prière est un encens

L’encens est un aromate qui brûle en s’élevant vers le ciel. Notre prière se fait imploration du soir et, si elle part en fumée, c’est droit vers le ciel, en sentant bon. Oui, la prière est fumée : elle est une activité gratuite, improductive, qui ne sert qu’à aimer. Elle est donc indispensable.

Et que l’on cesse enfin de prétendre que le temps dévolu à la prière est arraché au soin du prochain ! Personne, pas même la personne consacrée la plus active, ne passe toute la journée à se donner au prochain. C’est elle, au contraire, qui prie le plus. En revanche, la prière arrache bien des moments précieux au repli sur soi, à la légèreté de vivre et à l’insoutenable lourdeur de l’être.

La prière est comme la myrrhe

La prière n’est pas une distraction, une occupation innocente, une activité qui n’engage pas. Quiconque pénètre dans les sentiers de la prière passe par une certaine mort : mort au vieil homme, à soi-même, à ce qui ne met pas Dieu à la première place. La prière ne se contente pas de méditer sur la Passion du Christ. Elle conduit à la vivre soi-même.

Quelle prière offrir à Dieu ?

Selon les jours, on offrira l’un ou l’autre cadeau : or, encens ou myrrhe. En réalité, le priant offre chaque jour un peu des trois. Les rois mages sont l’âme chrétienne qui adore l’Enfant. L’adoration chrétienne n’est pas un simple devoir, le culte d’une religion qui nous a vus naître. Elle nous signe de la croix du Christ. Cela explique la hâte des mages venus précisément adorer, cela explique aussi tous les Hérode du monde, auxquels nous ressemblons parfois, ou bien auxquels il faut échapper en repartant par un autre chemin qu’à l’aller.

Thierry-Dominique Humbrech