Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ce simple mot par lequel nous devons commencer toutes nos prières

PRAY
Tymonko Galyna | Shutterstock
Partager

Quand nous prions, il nous arrive parfois d’avoir un sentiment de vide, mêlé à l’insatisfaction et à la lassitude. Et si l’erreur se cachait au début de notre prière ?

Quand nous étions en vacances chez les grands-parents, ma grand-mère ouvrait la prière du soir par cette formule solennelle : « Mettons-nous en présence de Dieu et adorons-le ! ». Quand j’y repense, je trouve cela désuet, mais tellement juste. Trop souvent nous, « embrayons » la prière sans avoir mis le « contact » ! Textes à lire, pensées à exprimer, formules à réciter, méditations diverses, tout cela s’enchaîne, mais il n’est pas sûr que cela s’adresse à quelqu’un. Il vaudrait mille fois mieux le contraire : n’avoir rien dans la tête, mais tout dans le cœur.

Le premier mot d’une prière est le plus important

« Il arriva que Jésus, en un certain lieu, était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : “Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean le Baptiste, lui aussi, l’a appris à ses disciples”. Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne » (Lc 11, 1-2). Le premier mot est le plus important : je ne commence pas par dire quelque chose, je commence par nommer quelqu’un.

Le bienheureux père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus racontait cette histoire d’une humble carmélite : s’excusant d’être si peu douée, dans la prière comme dans le reste, elle lui dit : « Mon Père, je sais si mal prier ! Quand je commence à dire Notre Père, je trouve cela tellement beau que je suis incapable de dire la suite ». Comme elle a raison ! Du balbutiement du débutant aux plus hautes expériences mystiques, le priant sera toujours le serviteur qui lève les yeux vers son Seigneur, l’enfant qui tourne son cœur vers le Père, le disciple qui se tient aux pieds du Maître.

Un simple « Bonjour » pour commencer la prière

Jésus lui-même, selon le témoignage des évangélistes, commence toujours sa prière par l’invocation du Nom « Père » : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange » (Mt 11, 25) ; « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils » (Jn 17, 1) ; « Père, pardonne-leur » (Lc 23, 34) ; « Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe »(Lc 22, 42). De façon analogue, lorsque l’ange Gabriel, de la part de Dieu, s’adresse à la Vierge Marie, il ne commence pas par lui révéler le mystère ou lui demander une réponse. Ses premiers mots sont une salutation : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi » (Lc 1, 28).

On ne peut pas prier sans d’abord se mettre en prière, c’est-à-dire se mettre en présence. Un vieux prêtre nous le répétait sans cesse : « Soyons présents à la Présence ». Commencer les prières personnelles et les célébrations liturgiques par le signe de la croix et un « Bonjour » au Seigneur, ce n’est ni un rite archaïque ni un choix anodin. Il n’y a de prière que dans la présence de Dieu. Dieu est là. Avant même que je me tourne vers lui, il est tourné vers moi.

Alain Bandelier

Découvrez aussi comment les saints nous expliquent l'importance de la prière :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]