Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Je me sens indigne du Seigneur » : que faire ?

Sad - Woman - Complaining
© Antonio Guillem
Partager

Nous avons parfois une difficulté à témoigner de notre foi, comme si inconsciemment nous avions honte de cette foi et de notre amour pour Dieu. Nous nous sentons indignes d’être aimés de Dieu, puisque nous sommes incapables de lui rendre. Que faire lorsque ce sentiment nous envahit ?

Devant l’Infini, on se sent tout petit et, devant ce pur et total Amour, on se sent indigne. Mais l’indignité chrétienne est pétrie d’humilité et de confiance. Elle est paisible et joyeuse. Nous n’avons rien à prouver, rien à mériter : Dieu nous aime, point ! C’est ce que nous ressentons chaque fois que la grâce de Dieu nous touche. Mais l’expérience de la conversion, ou dans ces étapes où nous sentons bien que quelque chose se passe au fond de nous, le sentiment premier est une sorte de stupeur. 

Comme Élisabeth accueillant Marie lors de la Visitation : « D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? » (Lc 1, 43). La liturgie nous le remet aussi dans le cœur chaque fois que nous allons communier : « Je ne suis pas digne de te recevoir… ». Mais il peut y avoir aussi un piège du diable : plus nous essayons d’être dignes, moins nous y arrivons, et plus Dieu semble s’éloigner. Que faire ? Nous laisser faire ?

Trois choses que le Seigneur nous demande

C’est l’Esprit saint qui fait de nous des fils, dans la maternité de Marie. Dans les balbutiements de notre humble amour, le Père reconnaît la voix du Bien-Aimé, en qui il a mis toute sa bienveillance. Il attache du prix à nos réponses sans prétention. Notre première réponse, trop oubliée, c’est de penser à dire « merci ». À la grâce, il faut répondre par l’action de grâce. 

La seconde, c’est d’offrir simplement ce que nous pouvons. Notre bonne volonté, notre fidélité dans les petites choses, mille occasions d’aimer un peu. 

La troisième, précieuse aux yeux du Seigneur, c’est l’offrande de ce qui nous fait souffrir — à commencer par ce douloureux désir de rendre davantage témoignage à Celui qui nous aime et qui est si peu aimé. 

Alain Bandelier

Dieu nous aime et nous le dit de sept manières différentes :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]