Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Et la meilleure méthode pour prier est…

PRAYER
Partager

Descartes disait : « Plutôt ne pas penser que de penser sans méthode ». En est-il de même de la prière ?

Faut-il utiliser une méthode pour prier ? Est-il indispensable de « progresser » dans sa prière ? Il est rare de se poser ces questions sous la forme d’une nécessité. Mais il est fréquent de se lamenter de son propre manque de méthode. Alors justement quelle méthode utiliser pour mieux prier ?

Les psaumes offrent la plus belle prière possible

Il n’y a pas une mais plusieurs méthodes pour prier. Toutes visent à aider le priant à entrer en prière, à en sortir, à concentrer son attention sur tel mystère de la vie du Christ, à prendre une résolution pratique. Si elles sont une aide, alors c’est parfait. Il faut cependant se souvenir que les méthodes sont un phénomène récent, moderne au sens classique (à partir du XVIe siècle), à mesure que la prière privée prenait la place de la prière liturgique.

Ce n’est pas un hasard si sainte Thérèse d’Avila ou saint Jean de la Croix introduisent à l’oraison, alors que saint Benoît, dans sa Règle, n’en dit mot. Pour la tradition monastique, la liturgie tient lieu, non pas d’oraison, mais de méthode de prière. Il n’y a pas à se casser la tête, les psaumes sont là pour offrir la plus belle prière possible. Le priant est celui qui se laisse envahir par la liturgie et la Parole de Dieu dont elle est porteuse.

La lecture, la méditation, l’oraison et la contemplation

Pour nous qui sommes les héritiers de toutes les époques de la prière, il nous suffit de choisir. Chacun doit se sentir à l’aise. Toutefois, mieux vaut dire que la prière se passe de méthode. Elle nous met à nu devant Dieu. Comme disait un spirituel : « Celui qui ne s’est jamais ennuyé devant Dieu ne sait pas ce qu’est la vie d’oraison ». Il arrive aussi que les méthodes semblent ne pas marcher ou bien, elle restent trop liées à l’imagination, et trop peu à l’Écriture.

Cependant, s’il fallait garder quelques idées simples, nous reprendrions volontiers la nomenclature de Guigues II le Chartreux (XIe siècle). Il enseignait que la prière est faite de quatre niveaux : la lecture (de la Parole de Dieu), la méditation, l’oraison, la contemplation. La prière passe sans cesse d’un niveau à l’autre. Ce n’est pas une méthode progressive, mais la description des choses mêmes.

Frère Thierry-Dominique Humbrech

Quand les saints nous expliquent l'importance de la prière :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]