Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le yoga peut-il nous aider à mieux prier ?

WOMEN EXERCISING
Partager

Certains chrétiens pensent que grâce au yoga, qui enseigne la concentration, ils pourront mieux prier. Ils ne voient rien de dangereux dans ces techniques de méditation orientales. Mais est-il possible de combiner le yoga et la foi chrétienne ?

Les techniques de méditation orientales sont très séduisantes. Elles constituent de puissants moyens de nous retirer du monde extérieur, désinvolte et changeant, pour nous recentrer sur notre intériorité, dont nous avons tous la nostalgie. Je le sais pour les avoir moi-même pratiquées pendant plusieurs années. Au départ, la démarche est la même que dans la prière chrétienne : il y a une volonté de rompre avec une vie superficielle, dispersée, très décevante, pour rentrer en soi. Dans les deux cas, il y a une grande soif d’Absolu.

Lire aussi : Yoga, méditation, pleine conscience : un rapport avec Dieu ?

Mais dès le début de ce chemin intérieur, les routes divergent. Dans les techniques orientales, il s’agit de rentrer de plus en plus en soi, par ses propres forces, jusqu’à atteindre une sorte de fusion dans le Tout, une sensation d’exister très intense. Dans cette expérience, il n’y a aucune place pour l’autre : « Je suis de plus en plus centré sur moi et sur moi seul ». Tout au contraire, la prière chrétienne est rencontre de l’Autre, de Dieu qui vient vers moi : « Je rentre en moi-même, mais c’est pour me disposer à y recevoir ce que le Seigneur veut me donner ».

Un grave risque de confusion

C’est toute la différence entre une mystique naturelle, qui ne s’appuie que sur des moyens naturels et me laisse seul avec moi-même, et une mystique surnaturelle, qui me tourne vers Dieu, un Dieu personnel qui se donne à moi dans un dialogue d’amour. Dans les techniques orientales, c’est moi qui suis le maître de ma vie intérieure. Tandis que dans la prière chrétienne, c’est Dieu : « J’accepte de m’en remettre à lui et de le laisser me conduire jusqu’à lui ». De plus, les techniques orientales visent à une dissolution du moi dans le grand Tout, alors que la relation avec le Christ respecte mon altérité : la prière chrétienne est une communion, pas une fusion.

Lire aussi : La sobriété, une sagesse de vie devenue urgence vitale

Bien sûr les techniques qui relèvent d’une mystique naturelle — telles que les techniques de méditation orientales – peuvent conduire à des expériences très fortes, mais cela n’a rien à voir avec la paix surnaturelle de l’Esprit saint. Le risque est grand de confondre la sérénité produite par certains exercices respiratoires, certaines postures, avec la présence authentique de l’Esprit saint. C’est un risque à prendre sérieusement en compte car il peut conduire à une impasse et nous éloigner du but que nous nous étions proposés en nous mettant en prière, à savoir la rencontre personnelle avec le Dieu vivant que nous révèle Jésus-Christ.

Père Joseph-Marie Verlinde

Dix conseils de saint Benoît pour avoir une vie sereine :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]