Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Les petits conseils si vous voulez faire maigrir votre conjoint

cuisine
Partager

Vous aimeriez voir fondre un peu les poignées d’amour de votre conjoint ? Et si vous le mettiez au régime ? Montrez-lui quelques photos de plage de vos dernières vacances pour qu’il découvre ses rondeurs et suivez ces quelques conseils pour assurer la réussite de son régime.

Pour mettre au régime votre mari et obtenir des résultats, vous avez absolument besoin de l’adhésion de l’intéressé. S’il n’est pas motivé et que vous lui imposez des restrictions alimentaires, vous allez droit à l’échec. Il profitera d’un déjeuner pris à l’extérieur pour se rattraper ou grignotera dans votre dos. En revanche, si vous parvenez à le convaincre de perdre quelques kilos, vous pouvez fixer ensemble le « programme » des mesures (alimentaires et spirituelles) à prendre.

D’où viennent ces kilos en trop ?

Sans aucun doute la prise de poids est due aux excès alimentaires, aux apéritifs — accompagnés de cacahuètes — ou aux verres de vin et de bière bus par-ci, par-là, qui multiplient les calories. Certains ont en plus des professions « à risque » qui les amènent à faire des repas d’affaires, à sauter le déjeuner et donc à grignoter plus tard, à manger à heures irrégulières, trop vite, ou à alterner repas insuffisants et trop copieux.

Profil type : l’homme boit un café noir le matin sur le pas de la porte en enfilant sa veste, il déjeune sur le pouce et il fait un dîner compensatoire bien chargé. Et comme bien sûr vous êtes un « cordon bleu », il attend avec impatience l’arrivée du weekend pour mitonner des petits plats ou bénéficier de vos talents culinaires.

« Chéri, j’ai rétréci ta bedaine ! »

Comment s’y prendre ? Il faut d’abord alléger les quantités. Elles doivent correspondre aux besoins de l’organisme. Or, la plupart des hommes prennent du poids parce qu’ils engloutissent des portions trop importantes. Si votre chéri ne fait pas un travail de force, il n’a pas besoin de se resservir deux fois du même plat ou de prendre deux desserts. En revanche, le jour où il fait du sport, il pourra augmenter sa quantité de pain ou de pâtes au cours du repas précédent.

Misez sur trois repas structurés et réguliers. La journée doit commencer par un petit déjeuner suffisamment énergétique pour tenir toute la matinée (boisson, pain, beurre, lait, fromage, fruit). S’il vous dit ne pas avoir le temps, préparez son petit-déjeuner en même temps que le vôtre et réveillez-le un quart d’heure plus tôt. Entre le déjeuner sauté et celui trop copieux, il est nécessaire de trouver le juste milieu. Le repas de midi doit comporter des crudités et/ou des fruits (pour les vitamines et les fibres), de la viande ou du poisson, ou des œufs (pour les protéines) sans sauce, des pommes de terre ou des pâtes, ou du riz, ou du pain (pour les glucides et l’énergie), une part de fromage ou un laitage (pour le calcium et les protéines), le tout arrosé… d’eau plate ou gazeuse. Si votre mari avait l’habitude de prendre des frites trois fois par semaine, voire tous les jours (oui, ça existe !), suggérez-lui de diminuer la fréquence de sa consommation à une fois tous les dix jours.

Le dîner permettra, quant à lui, de compenser les carences du déjeuner. Si votre chéri n’a pris ni produit laitier ni légumes ni fruits à midi, il doit en manger le soir. Le dîner ne doit pas être trop lourd, ni trop léger — sous prétexte de le faire maigrir plus vite —, au risque de voir votre conjoint se réveiller en pleine nuit victime d’une fringale le conduisant droit au réfrigérateur ou au placard de la cuisine.

Et la petite bière du soir ?

On n’imagine pas toujours le nombre de calories apportées par certaines boissons. Ainsi l’apéritif à midi, une petite bière à la sortie du bureau ou le whisky pris le soir en arrivant à la maison, sont des bombes à retardement. Les cafés sucrés répétés tout au long de la journée ne valent pas mieux. Alors, pourquoi ne pas proposer à votre mari de boire plutôt un jus de tomate, de s’habituer au café sans sucre, ou éventuellement avec une sucrette ? La meilleure boisson restant bien sûr l’eau, qu’elle vienne du robinet, qu’elle soit gazeuse ou plate, et peu importe la marque. Pour les repas d’affaires, un seul verre de vin fera « l’affaire », avec de l’eau à volonté.

Priez saint Isnard !

Durant le régime de votre mari, vous pouvez invoquer ensemble saint Isnard. Originaire de Chiampo dans la région de Vicence en Italie, il a reçu l’habit dominicain des mains de saint Dominique, en 1219, qui lui confia la charge de fonder le couvent de Pavie. Il menait une vie d’intense pénitence, mais était si obèse qu’il ne pouvait plus sortir de sa cellule à la fin de sa vie. Il souffrait beaucoup de son poids, moralement et physiquement. C’était l’une de ses croix difficiles à supporter.

Si votre époux est motivé pour suivre ces conseils, aidez-le en mangeant comme lui : il se sentira soutenu. Une fois les kilos perdus, gardez les bonnes habitudes acquises. En revanche, si Monsieur n’est pas du tout décidé à se mettre au régime, vous pouvez toujours diminuer — à son insu — les quantités de graisses utilisées pour les cuissons, de sucre pour les desserts, et ne pas remplir le frigo ou les placards de charcuteries, de chocolats ou de biscuits apéritifs.

En résumé, il faut éliminer au minimum le pain (sauf au petit-déjeuner), l’alcool (possible de boire un verre de vin par jour au plus), le sucre ajouté et les portions de plus de deux à trois cuillères (à plus forte raison plusieurs portions). Cela devrait suffire pour faire disparaître quelques kilos en trop.

Bénédicte Drouin

À lire aussi : les sept aliments sains que Jésus consommait