Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Les bonnes raisons de partir en week-end sans ses enfants

Happy - Couple - Middle Age
© Jack Frog
Partager

Se retrouver quelques jours en amoureux, c’est le rêve de nombreux parents. Mais tout le monde ne franchit pas le pas, pris dans un sentiment de culpabilité. Pourtant, prendre du temps exclusivement pour son couple est non seulement conseillé, mais indispensable.

Vous pensez qu’il est impossible de laisser pendant quelques jours vos enfants ? Je suis peut-être mal placé pour en parler, mais je n’en suis pas si sûr. Mais, direz-vous, nos parents habitent loin et nous ne voyons pas à qui nous pourrions confier nos enfants. Vous avez raison, toutefois, j’aimerais que vous répondiez à une question : vous-même, refuseriez-vous de garder pendant deux jours deux enfants pour permettre à amie de respirer un peu et se ressourcer ? Certainement pas ! Si bien que, voilà ce qui m’étonne : on est prêt à rendre service spontanément, généreusement… mais on n’ose pas demander le même service à d’autres qui le feraient eux aussi, n’en doutons pas, spontanément, généreusement ! Aurions-nous le monopole de la gentillesse et de la générosité ? Pourquoi ne pas faire aux autres la charité de nous faire la charité, et leur donner une occasion de se dévouer ?

Et si ce voyage pouvait rendre heureux vos enfants ?

Il y a plus : quels seront les grands bénéficiaires de ce voyage ? Mais précisément ces enfants qui vont retrouver des parents plus détendus et surtout plus amoureux. Le plus grand cadeau que des parents puissent faire à leurs enfants, c’est leur amour conjugal. Pour être une bonne mère, il faut d’abord être une bonne épouse. Une remarque valable également pour les pères et époux ! Et les enfants, surtout de nos jours, sont tellement plus rassurés quand ils grandissent dans un climat d’amour entre parents…  Si bien que ces quelques jours, il ne faut pas les prendre malgré les enfants, mais pour les enfants. Dites-leur simplement en partant que vous les laissez deux ou trois jours (ce n’est pas l’éternité !) pour apprendre à mieux vous aimer… et les plus grands vous diront : « Partez tout de suite ! ».

Mais on peut se demander si le problème est bien celui de la difficulté de faire garder les enfants. N’est-ce pas parfois un alibi (très fort) pour refuser ce qui n’enchante pas tellement ? Et dans ce cas, il faut chercher en soi où se situent nos réticences à faire un voyage qui devrait pourtant nous enthousiasmer. S’agit-il réellement d’une peur de traumatiser les enfants ? Ne s’agit-il pas plutôt d’une fausse culpabilité : prendre du temps pour soi, oser penser à soi et à sa détente, pendant que les enfants n’en profiteraient pas ? Ou d’une peur d’un tête-à-tête que l’on craint pour différentes raisons ? Les raisons conscientes ou inconscientes ne manquent pas… Il est bon de les débusquer car il est vraiment dommage que les couples n’aient pas toujours perçu l’intérêt de ces sorties en amoureux.

Les bienfaits d’un voyage en amoureux

Tout couple a besoin de fantaisie. Et un voyage sans enfants est une fantaisie de choix. Il permet d’avoir pour une fois « les pieds sous la table » (sans se préoccuper des bains et des dîners à donner aux enfants), mais surtout de se redécouvrir. Dans la routine du quotidien, l’autre risque de faire partie des meubles, c’est-à-dire quelque chose d’utile mais qu’on ne voit pas. Dans la Bible, mais dans une version apocryphe, il y a un passage étonnant : quand Abraham partit pour l’Égypte avec sa femme Sara, il s’aperçut que les autres hommes regardaient sa femme avec admiration. Alors, dit le texte, « Abraham regarda sa femme et il vit qu’elle était belle ». Il y avait donc longtemps qu’il ne l’avait pas regardée ! Transposons : dans un autre cadre, l’autre de nouveau est regardé.

Le voyage permet aussi à un couple de communiquer : quand il y a beaucoup d’enfants, ils occupent le terrain… et ils font tellement de bruit que les conjoints n’entendent pas le silence qui s’établit sournoisement entre eux. Le couple peut alors se redire dans une ambiance agréable les mots d’amour qui ne s’inventent pas dans le train-train de l’ordinaire. Il peut aussi faire le point sur le vécu de son amour : chacun peut exprimer ce qui lui pèse… et donc s’en libérer. Dans le calme, enfin, le couple peut faire des choix importants. Alors oui, vous avez le droit de penser à vous, et de vous arrêter ! Dieu Lui-même ne se reposa-t-Il pas le septième jour ?

Père Denis Sonnet 

À lire aussi : les secrets des couples heureux