Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 05 décembre |
Saint Gérald
home iconAu quotidien
line break icon

Stérilité : quelle autre fécondité pour un couple ?

Couple

© Monkey Business Images

Edifa - Publié le 22/10/19

Face à l’incapacité d’avoir un enfant, les conjoints peuvent se demander pourquoi le Bon Dieu les a unis. Et si la fécondité ne se réduisait pas uniquement à l’enfantement ?

Les conjoints qui n’arrivent pas à concevoir un enfant se demandent souvent : dans quel but, pour quel fruit, finalement quel est le sens de notre amour ? Cela nous invite à méditer sur la fécondité et les fécondités du mariage. Jésus-Christ nous a enseigné une fécondité mystérieuse, vertigineuse : la fécondité de la Croix (Mc 8, 34). Il ne faut pas tricher en effet avec la réalité. Certes, la stérilité n’est pas le malheur absolu : elle n’empêche ni de vivre ni d’aimer. Cependant, pour des époux, rien ne peut remplacer l’enfant, que leur amour fait naître et qui les fait naître eux-mêmes comme parents. C’est pourquoi il y a peu de consolation et encore moins de compensation dans l’épreuve de la stérilité. Un couple peut alors ressentir un immense vide. On devine le risque d’y sombrer, ou au contraire de s’en évader. Un risque plus subtil serait de laisser ce vide dans la vie devenir un vide dans le cœur.

L’épreuve peut révéler des richesses de cœur insoupçonnées

Au contraire, un cœur blessé, pauvre, en attente, peut être un cœur d’autant plus vivant, ouvert, passionné. Il ne faut pas nier l’épreuve. Elle peut faire perdre cœur. Mais l’épreuve est aussi un défi à relever. Elle peut révéler des richesses de cœur insoupçonnées. Plus profondément encore, elle peut laisser passer à travers nos cœurs la faiblesse et la folie de la Croix (1Co 1, 22-25), c’est-à-dire quelque chose du cœur de Dieu. À cet égard, le couple blessé dans sa fécondité a peut-être une mission particulière. À notre époque où l’amour et la vie sont exposés à tant d’atteintes, ne participe-t-il pas secrètement, douloureusement, à la gestation d’une civilisation de l’amour et d’une culture de la vie ?




Lire aussi :
Couples en espérance d’enfant : « être heureux malgré la souffrance »

Cette méditation un peu grave ne doit pas en effacer une autre. Il ne faut pas réduire la fécondité du couple à la procréation. La procréation elle-même appelle tout un travail d’éducation. C’est un aspect essentiel de la paternité et de la maternité. Un homme et une femme sans enfant de leur chair peuvent être de vrais éducateurs et contribuer à « engendrer » un enfant, dans sa vie personnelle, sociale, spirituelle. C’est évident dans le cas de l’adoption. C’est vrai aussi dans des situations moins officielles et moins permanentes. Des jeunes peuvent rencontrer sur leur chemin beaucoup d’adultes qui ne sont pas leurs parents, mais qui les aident à naître — Socrate appelait cet art la maïeutique.

Trois fécondités du couple

Plus simplement encore, n’oublions pas qu’un vrai don d’amour est toujours un don de vie. À plus forte raison lorsqu’il est consacré dans le sacrement de mariage. En deçà et au-delà des enfants, il y a trois fécondités toujours à vivre.




Lire aussi :
Lorsque l’infertilité fait place à la fécondité

Tout d’abord les époux s’enfantent en quelque sorte mutuellement. Dire « Je t’aime », c’est toujours avoir foi en l’autre, espérer en lui. Dans une vision chrétienne, c’est aider l’autre à devenir le saint que Dieu désire. Ensuite, ensemble, les époux forment un foyer, ils ont à créer au fil des jours cette réalité inédite et vivante qui est leur couple, et qui est beaucoup plus que l’addition des deux. Enfin, mais cela tout le monde le sait, le foyer en tant que tel est appelé à un rayonnement, un service, une mission. C’est bien plus que faire quelque chose ou avoir des engagements. C’est s’engager dans l’amour de Jésus pour le monde.

Cela fait partie du sacrement de mariage. Par la grâce de votre amour, la terre ne sera plus jamais comme avant…

Père Alain Bandelier

Tags:
Couplefeconditestérilité
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
La rédaction d'Aleteia
Benoît XVI : "Le Seigneur m’a retiré la parol...
EMMANUEL MACRON
Henri Quantin
Les catholiques sont des "citoyens exemplaire...
groupe de louange
La rédaction d'Aleteia
Humour : et vous, "parlez-vous le catholique"...
Afficher La Suite