Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saints Martyrs du Vietnam
home iconAu quotidien
line break icon

Peines de cœur, scolarité… Comment aider son enfant à dépasser sa peur de l’échec ?

MOTHER - DAUGHTER - CRIES

© Kamira - shutterstock

Edifa - Publié le 12/10/19

Tous les enfants ont parfois peur d’échouer. Mais que faire si cette crainte conduit à des pensées négatives et à un stress permanent ?

Combien d’enfants (et d’adultes !) sont paralysés par la peur de mal faire, la terreur de se tromper ou d’échouer. Pourtant, nous le savons bien, il est inévitable de rencontrer l’échec, les défaites en tous genres, depuis la première chute de l’enfant qui apprend à marcher jusqu’à l’apparente défaite de la mort, en passant par les mauvais résultats scolaires, les peines de cœur ou les difficultés professionnelles. Comment aider l’enfant à faire de chaque échec l’occasion d’une victoire ? Comment le libérer de la peur d’échouer ?

Cultiver la force de la volonté chez l’enfant

Évitons, tout d’abord, la tentation qui consisterait à essayer de le protéger au maximum des échecs éventuels. D’une part, c’est reculer pour mieux sauter puisque, quoi que nous fassions, l’enfant se heurtera un jour ou l’autre à ses limites. D’autre part, et c’est le point essentiel, la seule manière de se libérer de la peur d’un obstacle est d’apprendre à l’affronter de face.

Affronter un obstacle requiert deux conditions : la volonté de le franchir et la capacité de le faire. Autrement dit, pour vaincre sa peur de l’échec, il faut d’abord le vouloir. Le courage ne consiste pas à ne pas avoir peur, mais à se libérer de la peur par un acte de volonté. Une des principales missions des parents consiste à faire découvrir à l’enfant l’extraordinaire puissance de sa volonté : « Si tu veux, tu peux beaucoup plus que tu ne l’imagines. » Devant l’échec, je peux baisser les bras ou vouloir faire de cet échec l’occasion d’une victoire, et d’abord sur ma peur, ma timidité. Mais la question, c’est : « Est-ce que je le veux vraiment ? » Et personne ne peut répondre à cette question à ma place, même si je n’ai que sept ou huit ans.


MOTHERHOOD

Lire aussi :
Comment répondre aux questions difficiles des enfants ?

La volonté peut beaucoup, mais elle ne peut pas tout. C’est pourquoi le « si tu veux, tu peux » doit être manié avec beaucoup de précautions. Un enfant peut vaincre sa peur de l’échec s’il est suffisamment sécurisé par ailleurs. Plus l’enfant se sait aimé de manière inconditionnelle, plus il sera en mesure d’affronter les défaites de tous ordres avec sérénité. Car très souvent la peur de l’échec vient de ce que l’enfant se dit – consciemment ou non : « Si je ne réussis pas, je vais perdre l’amour et la confiance de mes parents, de mes professeurs, etc. »

L’enfant a besoin d’être continuellement encouragé

La peur de l’échec est liée aussi au fait que l’enfant (c’est vrai aussi pour l’adulte) ne sait pas relativiser sa défaite. Il éprouve le sentiment que c’est toute sa personne qui est mise en état d’infériorité : « Je n’ai pas réussi, donc je suis un incapable. » Les parents doivent montrer à l’enfant que sa vie ne s’écroule pas parce qu’il a échoué, que sa vie et sa personne ne se résument pas à cet échec. Et la seule manière de prouver cela à l’enfant, c’est de l’encourager à chaque victoire. L’échec est écrasant si on n’est jamais en situation de réussite. Il suffit parfois d’un tout petit début de réussite, s’il est suffisamment mis en valeur. 




Lire aussi :
Comment donner envie à son enfant d’aller à l’école ?

Confiant et paisible, l’enfant pourra aller plus loin et découvrir que, ressuscités avec le Christ, nous sommes définitivement du côté du vainqueur. Parce que le Christ est ressuscité, ici-bas aucun échec n’est définitif ni vraiment grave. Le Christ est définitivement et totalement vainqueur de tout mal. Nos défaites ne sont donc qu’apparentes et temporaires, dès lors que c’est avec Lui que nous les vivons, « mourant comme Lui pour ressusciter avec Lui ».

Christine Ponsard 

En images : ces 8 saints patrons à faire connaître à ses enfants
Tags:
ÉducationEnfantsparents
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite