Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 15 juin |
Sainte Germaine Cousin
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Après plusieurs avortements, elle choisit l’adoption

FEMME-ENCEINTE-shutterstock

Shutterstock I Natalia Deriabina

Image d'illustration.

Christine Pellen - Gènéthique - publié le 08/06/24

Grâce à la loi dite du "battement de cœur" qui protège le fœtus dès que son rythme cardiaque est détecté, cette jeune maman américaine dit avoir sauvé son enfant et lui avoir trouvé une famille.

“Lorsque j’ai appris que j’étais enceinte, ma première pensée a été d’appeler un centre d’avortement et de prendre rendez-vous. J’avais déjà quatre enfants à la maison, le père de mon enfant n’était pas là et les factures s’accumulaient”, témoigne Neesha Lewis sur la chaîne américaine Fox News. Son entourage ne la soutient pas non plus, lui affirmant qu’elle n’est pas capable d’élever un autre enfant. “Non seulement l’avortement semblait être l’option la plus facile, mais c’était aussi ma réaction naturelle”, indique l’Américaine. Elle avait en effet déjà subi plusieurs avortements.

Neesha passe alors un appel pour planifier une IVG. Mais depuis les procédures précédentes, la “loi sur les battements de cœur” (heartbeat protection law) est entrée en vigueur dans l’État de Géorgie. Il est trop tard pour qu’elle subisse l’intervention. Alors elle recherche d’autres solutions et découvre la possibilité de faire adopter son enfant. L’association Abiding love lui vient en aide. Au moment de choisir la famille à qui elle confiera son enfant, Neesha a de nombreux critères. Elle recherche la famille “parfaite”. “Dès notre première rencontre, j’ai su que j’avais pris la bonne décision”, témoigne-t-elle.

Les autres possibilités

Pendant le reste de la grossesse, le couple adoptant assiste Neesha à chaque étape, jusqu’à ce qu’elle accouche d’un petit garçon par césarienne. Dix mois plus tard, ils vivent une “adoption ouverte”. “Mon fils connaît ma voix, je le vois régulièrement et il est élevé en Floride avec l’amour et la vie dont j’avais toujours rêvé pour lui”, se réjouit Neesha.

“Alors que je ne connaissais pas les nombreuses ressources et options à ma disposition lors de mes précédents avortements, je sais maintenant, et j’espère que d’autres femmes sauront qu’elles sont soutenues, qu’elles ont des appuis — et que mettre fin à la vie de son enfant n’est jamais la solution”, témoigne-t-elle.

Les “Heatbeat bills”

Une dizaine d’États américainsont adopté des législations parfois qualifiées de Heartbeat bills. Leur principe est d’interdire les avortements dès que les battements du cœur du fœtus sont détectables, soit vers six semaines environ. Parmi les États ayant approuvé ce type de législation, on recense l’Alabama, la Géorgie, la Louisiane, le Kentucky, le Mississippi, le Missouri, l’Ohio, le Texas, le Tennessee, l’Iowa ou encore la Caroline du Sud. Mais les Heartbeat bills font régulièrement l’objet de contestations comme en Caroline du Sud où le Planned Parenthood a demandé que la loi soit suspendue pendant que les tribunaux examinent son libellé. Un juge de l’État vient de décider que le texte peut être appliqué pendant le recours. 

La bataille est souvent sémantique, interrogeant la “définition exacte du battement de cœur” dans le cadre de la loi. Le texte de Caroline du Sud stipule que les avortements ne peuvent être pratiqués après qu’une échographie a détecté “l’activité cardiaque, ou la contraction rythmique régulière et répétitive du cœur du fœtus, à l’intérieur du sac gestationnel”. Ce qui suit le “ou” dans la phrase pourrait exiger qu’”un cœur se soit formé”, ce qui, “selon les experts médicaux”, ne se produit pas avant neuf semaines environ. “Activité cardiaque”, “battements du cœur”, peut-on jouer sur les mots dès lors qu’une vie est en jeu ? 

Tags:
AdoptionAvortementÉtats-Unis
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement