Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 15 juin |
Sainte Germaine Cousin
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Faire ses albums photos, un travail de fourmi qui en vaut la peine !

ALBUM-PHOTOS.jpg

Andrey_Popov I Shutterstock

Mathilde de Robien - publié le 28/05/24

Quel que soit votre profil, classique, numérique, organisé ou très en retard, confectionner des albums photos contribue à graver dans le marbre l'histoire familiale.

Corvée pour les uns, plaisir pour les autres, la confection des albums photos divise… mais reste largement admise ! Selon un sondage OpinionWay pour Photobox de fin 2021, plus de trois quarts des Français (76%) impriment des photos, principalement en vue de créer des albums. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, les jeunes générations biberonnées au numérique ne sont pas en reste puisque ce chiffre monte à 90% pour les 18-24 ans. Trois occasions ont la cote pour être ainsi immortalisées par bon nombre de nos contemporains : les naissances, les mariages et les voyages.

Les profils des “faiseurs d’albums” sont variés. Il y a les adeptes, de moins en moins nombreux, de la formule que nous appellerons “classique” qui combine tirages puis collage dans un bel album relié avec des légendes manuscrites qui vont de la description nette, claire et précise – “Anniversaire Papa, Bellevue, 2021” – à la petite touche d’humour à demi poétique – “une fleur parmi les fleurs” –, et puis il y a les utilisateurs de sites ou d’appli spécialisés dans l’impression d’albums plus ou moins intuitifs… Il y a aussi les hyper organisés, réglés comme du papier à musique, chez qui chaque naissance ou chaque voyage déclenche automatiquement la fonction “album photo”. Et à peine arrivé, ce dernier se retrouve bien rangé, dans l’ordre chronologique, sur une étagère parfaitement époussetée.

Il y a enfin ceux qui cumulent un, deux, voire cinq ans de retard… au risque de perdre les photos enregistrées sur un vieux disque dur. Pour leur défense, il faut avouer que la tâche demande beaucoup de patience – “temps restant de téléchargement : 47 minutes” – et est parfois très, très ingrate. Qui n’a pas eu de coup de sang en ne retrouvant pas l’album patiemment conçu, page après page, dans la rubrique nommée pompeusement “Mes créations” ? Qui n’a pas été tenté de tout abandonner en voyant toutes les légendes sauter quand il voulait simplement ajouter une page ? Parlons aussi de ces photos récupérées à droite à gauche, défiant tout ordre chronologique, et qui par conséquent font bugger toute la mise en page ! Bref, un travail de fourmi. Mais un travail qui en vaut la peine.

Rendons hommage à toutes les fourmis, en majorité féminines nous apprend le sondage, qui veillent minutieusement à stocker les souvenirs et conserver les traces du passé. D’une certaine manière, elles contribuent à construire l’histoire familiale. Montrer d’où l’on vient, immortaliser les bons moments et prendre plaisir à se les remémorer ensuite, tout cela ne participe-t-il pas à souder une famille ? Sans compter la joie que génère la contemplation des fameux albums, génération après génération. Bravo donc à ces fourmis qui veillent au grain de la tendresse.

Tags:
Famillephoto
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement