Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 25 avril |
Saint Marc
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

Qu’est-ce qu’un reposoir ?

Tabernacle-2.jpg

Shutterstock

Morgane Afif - publié le 27/03/24

Lorsque s'achève l'office du Jeudi saint, le Christ dans l'eucharistie est conduit en procession du tabernacle, dans le chœur de l'église, au reposoir, souvent situé dans une chapelle latérale.

C’est au reposoir qu’au soir du Jeudi saint, les espèces consacrées sont déposées en attendant le jour de la Résurrection. Ce geste fait mémoire de cette nuit où Jésus, accompagné par ses amis “Pierre, ainsi que Jacques et Jean, les deux fils de Zébédée” (Mt 26, 37) s’est rendu à Gethsémani pour entrer en agonie. Sous le ciel sombre, dans la pénombre, “sa sueur devint comme des gouttes de sang qui tombaient sur la terre” (Lc 22, 44). Lorsque le Jeudi saint, l’Église fait mémoire de la Sainte-Cène lors de laquelle le Christ a institué l’eucharistie, elle fait se souvient aussi de l’agonie qui a suivi la Pâque. Alors que Jésus a lavé les pieds de ses apôtres et a partagé avec eux son dernier repas, Il les quitte pour se rendre au Jardin des Oliviers. Là, l’angoisse le saisit, jusqu’à lui faire dire : “Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe ; cependant, que soit faite non pas ma volonté, mais la tienne” (Lc 22, 42). “Au jardin des Oliviers, constate Bernanos dans Dialogues des carmélites, le Christ n’était plus maître de rien. L’angoisse humaine n’était jamais montée plus haut, elle n’atteindra plus jamais ce niveau. Elle avait tout recouvert en Lui, sauf cette extrême pointe de l’âme où s’est consommée la divine acceptation”.

Pour manifester cette “montée” vers Pâques, qui contient en elle l’ascension de Gethsémani et du Golgotha, l’Église a voulu que la liturgie rende visible cette solitude du Christ qui entre en agonie. Lors de l’office du Jeudi saint, après le lavement des pieds et la Sainte messe, le prêtre dépose le Très-Saint-Sacrement au reposoir. C’est sur cet autel, généralement situé dans une chapelle latérale de l’église, que les fidèles viennent adorer le corps et le sang du Christ dans le ciboire et le calice. La procession qui va de l’autel au reposoir manifeste ainsi la présence de Pierre, Jacques et Jean, qui accompagnent leur maître au Jardin des Oliviers, et leur faillibilité : tandis que Jésus entre dans sa Passion, les trois apôtres se reposent et ne parviennent pas à veiller.

L’endroit où repose le Christ

On reconnaît ainsi dans le reposoir son radical “repos” ; c’est là, entre le Jeudi saint et le Vendredi du Triduum, que repose le Christ. Lorsque les fidèles accompagnent le pain et le vin consacrés jusqu’au reposoir, ils reproduisent le geste des apôtres pour veiller, quoiqu’imparfaitement, avec leur Seigneur. C’est aussi au reposoir que le Christ, dans le pain et le vin, attend l’office du Vendredi saint dit des “présanctifiés”, appelé ainsi car le pain et le vin ont déjà été sanctifiés au cours de l’office du Jeudi saint. Lorsque le Très-Saint-Sacrement repose au reposoir, il manifeste aussi l’attente douloureuse du Christ mort sur la croix : du jeudi soir à la Vigile Pascale, le tabernacle est vide, précisément parce que le Christ est vraiment entré en agonie, est vraiment mort sur la Croix et est vraiment ressuscité.

Tags:
EucharistieJeudi saintPâquesSemaine sainte
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement