Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 26 février |
Saint Alexandre
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Épouse-t-on son premier amour ?

shutterstock_383111350.jpg

Song_about_summer | Shutterstock

Image d'illustration.

Caroline Moulinet - publié le 17/01/24

Certains rencontrent leur conjoint au lycée, d’autres patientent de longues années à la recherche du grand amour. Épouse-t-on son premier amour ?

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour que Aleteia reste gratuit et faire rayonner l’espérance qui est en vous,
Faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec réduction fiscale)

Thibaut a rencontré sa femme en classe de seconde. Une amie, un flirt, une fiancée, une épouse. Les années ont passé et leur lien s’est approfondi pour les conduire au mariage. « Quand on se rencontre si jeunes, l’entourage n’y croit pas trop. Il faut quelques années avant d’être crédible. Sans compter les commentaires tels que “Es-tu bien sûr ? Tu n’as connu qu’elle”. Tout se passe comme s’il fallait prouver que oui, malgré notre âge, c’est du sérieux. »

Pour Jean-Baptiste, son jeune âge, additionné au célibat géographique, ont joué comme un test: « J’ai rencontré Maria en première. Quand nous avons été séparés géographiquement pendant nos études, elle à Paris, moi à Nantes, je lui ai promis que je reviendrai. Notre couple a tenu malgré la distance. Il est sorti renforcé de cette période. Je lui avais bien dit que je reviendrai dans la même ville ! »

Épouser son premier amour, une histoire digne d’un conte de fées ? En partie, oui : trouver l’âme sœur est un grand trésor. Cependant Claire, aujourd’hui 40 ans et 19 ans de mariage, se souvient : « J’ai été en couple très jeune mais ce n’était pas le cas de mes amis. Le plus grand décalage s’est fait sentir avec l’arrivée des enfants : mes amis sortaient en soirée et au théâtre et moi j’étais dans les couches. J’ai eu parfois l’impression de passer à côté de la jeunesse insouciante. »

Discerner l’amour de la passion ou de la peur d’être seul, trouver l’équilibre entre oser s’engager et ne pas foncer tête baissée, respecter l’autre, être honnête avec soi-même, rester libre d’attendre.

Lucie, mariée à 34 ans, avait cru rencontrer ce grand amour de jeunesse: « J’étais en première, je vivais une histoire vraiment sérieuse mais la mère de ma meilleure amie a dit ‘On n’épouse pas son premier amour’. Évidemment je me suis dit qu’elle n’y connaissait rien, que mon histoire était différente. Et puis quand est venue la séparation deux ans plus tard, je me suis souvenue de ces mots. Cela m’avait blessée à l’époque, mais finalement ils me redonnaient un peu d’espoir. J’avais vécu un grand amour, mais cela ne m’empêcherait pas de rencontrer l’homme avec qui je fonderai une famille. »

D’autres attendent plus longtemps encore, faisant face parfois à la pression familiale de trouver quelqu’un et d’avoir des enfants. « À 40 ans, je n’y croyais plus. Je croyais que le mariage n’était peut-être pas fait pour moi finalement », se souvient Pascal. « Je pensais que j’avais fait une erreur terrible en initiant la rupture avec ma petite amie quand j’avais 25 ans et que je ne retrouverais plus l’amour. En plus, elle s’était mariée, et moi j’étais seul. » Le premier amour ? Le seul et unique amour ? Finalement, qui cherche-t-on en espérant fonder un foyer ? 

Du temps pour apprendre à aimer

Le premier amour est celui qui apporte les papillons dans le ventre et les paillettes dans les yeux. Il répond parfois à un besoin vital d’être aimé, quelquefois à un manque ou à une blessure personnelle à combler. Certains ont donc à patienter, grandir, guérir des douleurs de leur histoire pour être prêt à s’ouvrir à l’autre, accepter l’altérité, oser la communion.

Discerner l’amour de la passion ou de la peur d’être seul, trouver l’équilibre entre oser s’engager et ne pas foncer tête baissée, respecter l’autre, être honnête avec soi-même, rester libre d’attendre : le chemin vers l’amour nécessite sagesse, force et prudence. Apprendre à aimer véritablement demande du temps : parfois les époux le découvrent ensemble, en marchant main dans la main depuis le lycée; parfois les époux le construisent progressivement en bâtissant leur histoire, fortifiés par leur maturité. Finalement ce qui compte n’est pas la date de rencontre, mais le courage et la persévérance pour construire sa maison sur le roc. Aimer, pardonner, bâtir, en pensant de temps en temps à regarder l’autre avec l’émerveillement des toutes premières fois.

Tags:
AmourCoupleJeunesMariage
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement