Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 29 février |
Saint Auguste Chapdelaine
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

Pourquoi décore-t-on son sapin à Noël ?

CHRISTMAS-TREE

ORION PRODUCTION I Shutterstock

Morgane Afif - publié le 15/12/23

Le sapin a mauvaise presse et passe souvent pour un objet païen… A tort ! D’où viennent les boules, les guirlandes, et les décorations en tout genre ? Quelle est l’origine de cette tradition ? Petite catéchèse du sapin de Noël.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

« Quand, par l’hiver, bois et guérets sont dépouillés de leurs attraits, mon beau sapin, roi des forêts, tu gardes ta parure » chante l’air bien connu. Le sapin est loin de n’être qu’un objet païen sous lequel s’abrite la crèche qui, seule, rappellerait que Noël, c’est surtout la naissance du Sauveur. Il nous dit lui aussi quelque chose du petit enfant dans la mangeoire. La chanson, d’ailleurs, n’évoque-t-elle pas la promesse d’une nature qui renaîtra au printemps ? Est-t-il symbole plus chrétien que celui qui annonce la résurrection ? La tradition nous vient du Moyen-Âge, lorsqu’au cœur de l’hiver, installés sur le parvis des églises, les sapins étaient le symbole de l’arbre du paradis perdu. Traditionnellement associé à un pommier, c’est naturellement le conifère qui est élu, pour tenir le rôle de son cousin caduc. Pour que l’illusion opère, on décorait alors ses branches de pommes qui rappelaient le péché originel et le jardin d’Eden. Le XVIe siècle voit l’usage se répandre et s’étoffer d’une véritable symbolique. 

L’hostie, la pomme et le serpent

Le sapin, qui survit à l’hiver au cœur d’une nature endormie, évoque l’espérance de la résurrection en annonçant le printemps. Il rappelle ainsi que, comme le Christ au tombeau, il veille, celui que l’on croyait mort. L’arbre se pare alors de tout un lexique d’objets symbolisant le bien et le mal. La pomme, bien sûr, celle qui rappelle la tentation et le péché : c’est d’elle que sont nées les boules de Noël, rouges, pour en rappeler l’aspect, avant de se déployer dans toute la gamme de formes et de couleurs qu’on leur connaît aujourd’hui. C’est en 1858 que l’on substitue au véritable fruit un dupe en verre soufflé, alors que la sécheresse a mis à mal les récoltes. C’est un artisan vosgien qui a alors l’idée de fabriquer des boules rouges pour imiter les pommes cette année-là. A leurs côtés, on trouvait aussi des hosties non consacrées, appelées « oublies », qui symbolisaient la rédemption offerte par le sacrifice du Christ et le rachat du péché introduit par le fruit au jardin. Cet usage-là s’est perdu, l’Eglise craignant les dérives que l’utilisation d’hosties, mêmes non consacrées, pouvait introduire. Progressivement, la gamme de symboles accrochés dans ses branches s’étend : le XVIIe siècle voit y apparaître le lierre qui rappelle par sa forme et sa couleur le serpent enlaçant l’arbre pour tendre à Eve le fruit de la connaissance du bien et du mal. C’est de lui que viennent les guirlandes chamarrées.

C’est aux Protestants, fins connaisseurs de la Bible, que l’on doit l’enrichissement des décorations du sapin. On y ajoute des papillotes, fleurs colorées rappelant le « rameau de Jessé », d’où a fleuri l’ascendance du Christ par la lignée de David. En Alsace, le XVIIIe siècle et les Lumières étouffent progressivement l’image chrétienne du sapin de Noël et substituent aux pommes et aux oublies des noix peintes et des friandises de tout genre dont les enfants se régalent, passée l’Epiphanie. Il faut attendre quelques décennies pour que les bougies ornent ses branches, non sans rappeler la « Lumière du monde ». L’arbre du péché, ainsi revêtu de lumière, semble proclamer la Gloire du Seigneur. C’est d’ailleurs ce que l’on écrivait autrefois sur la bannière qui en ornait la tête : « Gloria in excelsis Deo », entre les anges et les trompettes joyeuses. Si, aujourd’hui, les décorations n’évoquent plus guère l’enseignement chrétien que portaient les sapins d’autrefois, encore peut-on sourire de voir au cœur de tant de foyers, dans le monde entier, le rappel lumineux et discret que Dieu a tant aimé le monde qu’Il s’est fait petit enfant pour le sauver. 

Tags:
Noëlsapin
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement