Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 20 mai |
Saint Bernardin de Sienne
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Attaque à Annecy : le saint à invoquer pour confier les enfants blessés

x

Aurimages

Mathilde de Robien - publié le 08/06/23

Il était du coin et adorait les enfants. Saint François de Sales (1567-1622), évêque de Genève en résidence à Annecy, apparaît comme le saint à invoquer pour confier au Seigneur les jeunes enfants attaqués au couteau ce jeudi 8 juin à Annecy.

Ce jeudi 8 juin, la France est sous le choc depuis l’annonce d’une attaque au couteau perpétrée par un réfugié syrien dans un parc sur les bords du lac d’Annecy, qui a blessé six personnes dont quatre enfants en bas âge, avant d’être interpellé par les forces de police. D’après les dernières informations, trois des victimes, un adulte et deux enfants âgés d’environ 3 ans, ont un pronostic vital engagé. Saint François de Sales, originaire de cette région et ayant toujours eu une grande affection pour les enfants, semble être tout indiqué pour intercéder auprès du Seigneur pour demander le rétablissement des jeunes victimes.

En tant que “compatriote”, nul doute que saint François de Sales se laisse toucher par le drame qui s’est déroulé aux bords du lac ce jeudi 8 juin dans la matinée. Né le 21 août 1567 au château de Sales, à Thorens, à 20 kilomètres au nord d’Annecy, il passe une grande partie de sa vie à Annecy. Il y va à l’école de 8 à 11 ans, au Collège Chappuisien, et quinze ans plus tard, le 18 décembre 1593, il est ordonné prêtre dans la cathédrale. Il se propose alors comme missionnaire pour l’évangélisation du Chablais. Ordonné évêque de Genève le 8 décembre 1602 dans l’église de son village natal, François de Sales ne put jamais prendre possession de son siège devenu la “Rome des calvinistes”, et reste alors en résidence à Annecy. Il passera les vingt années de son épiscopat à prêcher, parcourir son diocèse, réformer le clergé et les ordres religieux. En 1604, il rencontre la baronne Jeanne-Françoise de Chantal, avec qui il fonde, toujours à Annecy, l’Ordre des Visitandines. A sa mort, le 28 décembre 1622 à Lyon, son corps est transporté à Annecy et inhumé dans la petite église de la Visitation. Canonisé le 19 avril 1665, il est proclamé Docteur de l’Eglise en 1877 par le Pape Pie IX. Sa dépouille repose désormais dans la Basilique de la Visitation, aux côtés de celle de sainte Jeanne de Chantal, à moins d’un kilomètre des Jardins de l’Europe où s’est déroulée l’attaque.

“Laissez-les venir, c’est mon petit peuple !”

Animé d’une grande douceur, saint François de Sales aimait les enfants et savait gagner leur sympathie. Dans une biographie sur l’évêque de Genève, l’abbé Jacques de Marsollier raconte comment ce dernier prêtait attention aux jeunes enfants qu’il rencontrait sur sa route : “Sa bonté ne lui permettait pas de passer outre ; il s’arrêtait pour un enfant comme il eût fait pour la personne du monde la plus raisonnable”.

Lorsque les enfants autour de lui étaient trop nombreux et que ses conseillers tentaient de les faire reculer, François de Sales intervenait en disant : “Laissez-les venir, c’est mon petit peuple !” Une attitude qui n’est pas sans évoquer celle de Jésus : “Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent” (Mc 10, 14). De la même manière que le Christ invite à se faire petit enfant, l’évêque répondait à ceux qui critiquaient ses initiatives : “Si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n’entrerez point dans le Royaume des Cieux”.

Enfin dans une lettre à sainte Jeanne de Chantal, saint François raconte une séance de catéchisme particulièrement animée, où il aimait à “faire l’enfant avec les enfants”, et il finit par cette prière : “Ô Dieu, faites-moi vraiment enfant en innocence et simplicité !”

Sa proximité géographique, et son affection envers les enfants, font de saint François de Sales un intercesseur tout trouvé en faveur de ces tout petits lâchement agressés dans un parc à Annecy. Nous pouvons le prier aujourd’hui, et lui confier ces jeunes victimes et leur famille, afin qu’elles trouvent en Dieu la force pour se rétablir, et le réconfort pour affronter cette terrible épreuve.

Cette prière à saint Joseph, rédigée par saint François de Sales, permet de confier sa peine au père adoptif de Jésus et de lui demander une “heureuse issue”:

Glorieux Saint Joseph, époux de Marie,
Accordez-nous votre protection paternelle, nous vous en supplions par le cœur de Jésus-Christ.
Ô vous, dont la puissance infinie s’étend à toutes nos nécessités et sait nous rendre possibles les choses les plus impossibles, ouvrez vos yeux de Père sur les intérêts de vos enfants.
Dans l’embarras et la peine qui nous pressent, nous recourons à vous avec confiance; daignez prendre sous votre charitable conduite cette affaire importante et difficile, cause de nos inquiétudes.
Faites que son heureuse issue tourne à la gloire de Dieu et au bien de ses dévoués serviteurs. Ainsi soit-il.

Découvrez les dix plus belles citations de saint François de Sales :

Tags:
EnfantsFrançois de SalesTerrorisme
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP-2.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement