Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 16 avril |
Saint Benoît-Joseph Labre
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Ce livre d’un grand saint français aurait pu ne jamais voir le jour

old-book-1157672_1920.jpg

© Shutterstock

Anna Ashkova - publié le 27/04/23

Publié en 1843, le "Traité de la vraie dévotion" de saint Louis-Marie Grignion de Montfort a littéralement fait le tour du monde et a été traduit dans une multitude de langues. Mais cet ouvrage, tant aimé par saint Jean Paul II, aurait pu ne jamais voir le jour.

Fondateur de deux congrégations religieuses dont la Compagnie de Marie, ascète, proche des pauvres et grand prédicateur, saint Louis-Marie Grignion de Montfort (1673-1716), fêté le 28 avril, a sillonné l’ouest de la France pour évangéliser les campagnes. Sa spiritualité consacre le rôle éminent de Marie. Il a même développé une méthode de consécration à Jésus par la Vierge Marie. Un enseignement exposé dans son Traité de la vraie dévotion

Son ouvrage a littéralement fait le tour du monde. “Il a véritablement popularisé la dévotion à la Vierge Marie en la reliant à celle du Christ”, avait expliqué à Aleteia en 2019 père Philippe Airaud, aumônier général de l’ICES et grand spécialiste de Louis-Marie Grignion de Montfort. Néanmoins, cet ouvrage, publié en 1843 et traduit dans une multitude de langues, aurait pu ne jamais connaitre un tel succès. En effet, l’œuvre du saint avait disparu pendant 130 ans, de 1712 à 1842, jusqu’à être retrouvé dans une boîte par un prêtre de la congrégation fondée par Louis-Marie Grignion de Montfort.

Le livre que le diable ne voulait pas voir publié

Fait intéressant, saint Louis-Marie Grignion de Montfort a prédit cette perte dans son écrit : 

“Je prévois bien des bêtes frémissantes, qui viennent en furie pour déchirer avec leurs dents diaboliques ce petit écrit […] ou du moins pour l’envelopper dans les ténèbres et le silence d’un coffre, afin qu’il ne paraisse point” (TVD 114).

Mais ces attaques diaboliques ne semblaient pas effrayer le saint qui écrivait dans son ouvrage : 

“Ils attaqueront même ceux qui le liront et le mettront en pratique. Mais qu’importe ! Encore mieux! Cette perspective m’encourage et me fait espérer un grand succès, c’est-à-dire la formation d’une escouade de soldats endurcis et courageux de Jésus et de Marie, des deux sexes, qui combattront le monde, le diable et la nature corrompue, dans les temps, comme jamais dangereux, ça va arriver” (TD 114).

Une fois retrouvé, le traité a été reconnu pour son authenticité et sa pureté doctrinale par le pape Pie IX dans un décret du 12 mai 1853 à Rome, un an avant la promulgation du dogme de l’Immaculée Conception. Le Traité de la vraie dévotion reste à ce jour une œuvre majeure qui a inspirée de grands saints comme Jean Paul II qui écrivait en 1994 dans son livre Entrez dans l’Espérance : 

“Grâce à saint Louis-Marie Grignion de Montfort, j’ai compris que l’authentique dévotion à la Mère de Dieu est véritablement christocentrique, profondément enracinée dans le mystère trinitaire, et dans ceux de l’incarnation et de la rédemption”. 

Le saint Pape avait d’ailleurs choisi comme devise épiscopale et papale “Totus Tuus“, directement inspirée d’une prière de Louis-Marie Grignion de Montfort présente dans son traité marial : Totus Tuus ego sum et omnia mea tua sunt. Accipio Te in mea omnia ! (Je suis tout à toi, et tout ce que j’ai est à toi. Sois mon guide en tout).

Quand les grands saints prient Marie :

Tags:
LivresLouis-Marie Grignion de MonfortVierge Marie
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement