Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 24 juin |
Saint Jean Baptiste
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Chrétiens, radicalisez-vous !

WEB2-JMJ-evangelisation-GODONG-PL474043S.jpg

Sebastien Desarmaux / Godong

Cécile Séveirac - publié le 20/04/23

Comment stimuler sa vie spirituelle ? Thomas Belleil, étudiant en théologie et auteur de l'ouvrage "Prêts, Feu, Aimez !", donne à Aleteia quelques pistes pour radicaliser sa vie chrétienne. Ceci passe avant tout par une attitude d'ouverture à l'amour absolu de Dieu. Entretien.

Et si les chrétiens choisissaient la radicalité ? C’est ce que propose Thomas Belleil, diplômé en sciences religieuses à École pratique des hautes études et auteur du livre Prêts, Feu, Aimez !, Plongez dans la radicalité. L’objectif : “plonger dans l’amour absolu de Dieu” et le laisser agir en nous dans tous les actes du quotidien.

Aleteia : Qu’est-ce qu’un chrétien radical et pourquoi faut-il l’être ?
Thomas Belleil
: La radicalité signifie plonger dans l’amour de Dieu. C’est ce à quoi nous sommes tous appelés : Dieu a un désir immense de nous. Être radical, c’est tout simplement répondre à ce désir et nous ouvrir à cet amour. “Radical” a pour étymologie le mot racine. Et la racine du christianisme, son origine, c’est le Christ. Dieu nous aime tellement qu’Il veut nous faire participer à ce qu’Il est. Notre horizon devient la vie éternelle. Dès lors, la radicalité du chrétien passe par le désir du Ciel, donc le désir de Dieu.

Quel est le rôle de l’Esprit-Saint dans cette radicalité ?
Saint Séraphim de Sarov, grand mystique orthodoxe, disait que l’acquisition de l’Esprit saint est le but de la vie chrétienne. Tout le reste (prière, jeûne, sacrifices…) sont des moyens qui permettent la quête de cet Esprit. La relation avec l’Esprit saint est donc en enjeu fondamental pour le chrétien. C’est en lui qu’est la clé pour recevoir l’amour de Dieu et le communiquer.

Être radical, c’est laisser Dieu être dans nos vies. C’est accepter de se laisser sauver, aimer.

Comment sortir de la “tiédeur” et nous radicaliser ?
Il faut avant toute chose redécouvrir la bonté de Dieu. S’approprier cette bonté à notre égard permet d’enlever les limites que l’on se met tout seul dans notre vie chrétienne. Dieu est bon : par conséquent, nous pouvons lui faire confiance et tout donner sans rien risquer. Cet état d’esprit nous libère de nos chaînes. Cette bonté se retrouve aussi bien dans notre quotidien que dans l’histoire du monde et du salut. Dieu nous a créés, non pas par utilité mais par amour. Ensuite, il a sacrifié son fils unique Jésus sur la Croix, à nouveau par amour pour les hommes. Puis, il a tout fait pour nous accompagner au cours de notre vie de chrétiens : par les évangiles, les sacrements, l’Église. Se convaincre de cet amour fou de Dieu pour sa créature est la première étape.

Dans la prière, il nous suffit alors de lui dire : “Je te donne tout”. C’est cet acte d’abandon total qui change notre vie. Finalement, on rend les armes, et on accepte de reconnaître que Jésus vit en nous, et que nous vivons pour lui. Il faut passer de “faire pour Dieu”, à “laisser faire par Dieu” : en somme, il tient la barre, et il faut le laisser agir. Être radical, c’est laisser Dieu être dans nos vies. C’est accepter de se laisser sauver, aimer.

Chaque moment de la vie est propice à l’action de Dieu.

Quels sont les efforts concrets que vous conseillez à chaque catholique pour plonger dans la radicalité au quotidien ?
La première chose est de se réserver un véritable temps de prière. Prendre du temps pour Dieu est primordial. Mais, au-delà de ces moments ponctuels qu’on lui réserve, je pense qu’il faut essayer d’entretenir une relation perpétuelle avec lui, 24 heures sur 24. En fait, tout, absolument tout, peut être fait avec lui au quotidien. Les orthodoxes nous ont appris cette magnifique prière du cœur qui se répète tout au long de la journée, avec une formule courte : “Seigneur Jésus, Fils de Dieu, aie pitié de moi pécheur”. Dans la même idée, il y a l’exercice de la présence de Dieu du frère Laurent de la Résurrection, qui consiste à simplement penser à Dieu dans la journée. Ce sont des moyens concrets, qui deviennent une habitude et permettent d’ancrer la prière pour en faire une source qui irrigue toute notre vie.

Dans le service, le don de soi, il y a une attitude toute simple à adopter : se rendre disponible en demandant à l’Esprit-Saint et au Seigneur d’agir et d’aimer à travers nous. Au travail, dans la rue, dans les transports, dans les soirées et les rencontres en famille… Chaque moment de la vie est propice à l’action de Dieu. Il faut simplement lui laisser le champ libre.

Prêts, feu, aimez ! Plonger dans la radicalité, de Thomas Belleil, éditions Première Partie, 242 pages, 17,90 euros.

Tags:
DieuSpiritualité
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP-2.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement