Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 22 avril |
Saint Epipode
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Contempler les blessures du Christ : la tête (2/6)

El-Greco-tete.jpg

World History Archive / Aurimages

Christ portant la croix, El Greco, détail.

Mathilde de Robien - publié le 03/04/23

Selon une dévotion demandée par le Christ lui-même invitant à honorer ses plaies, pénétrons, chaque jour de la Semaine sainte, dans ce mystère d’amour. Car c'est en contemplant son épaule, sa tête, son flanc, ses pieds, ses mains et son cœur meurtris, que l'on réalise combien le Christ a souffert pour nous et combien il nous aime.

Après avoir contemplé l’épaule meurtrie du Christ à cause du portement de la croix, observons ses blessures causées à la tête par la couronne d’épines et la flagellation. Trois des quatre évangiles font mention de la couronne posée sur la tête du Christ par les soldats de Ponce Pilate.

“Puis, avec des épines, ils tressèrent une couronne, et la posèrent sur sa tête ; ils lui mirent un roseau dans la main droite et, pour se moquer de lui, ils s’agenouillaient devant lui en disant : “Salut, roi des Juifs !” Et, après avoir craché sur lui, ils prirent le roseau, et ils le frappaient à la tête” (Mt 27, 29).

“Ne nous contentons pas de lire l’histoire de la passion du Sauveur”, disait déjà saint Jean Chrysostome au Ve siècle. “Portons-la continuellement dans notre esprit et dans notre cœur ; ayons toujours présents à nos yeux la couronne d’épines, le manteau, le roseau, les soufflets, les coups qu’on lui a portés aux yeux, les crachats, les dérisions, les moqueries. La fréquente méditation de ces ignominies apaisera toute notre colère” (Commentaire sur saint Jean).

Mieux que d’apaiser toute colère, les plaies de Jésus font advenir la paix, en étant le signe de l’infinie miséricorde de Dieu. “N’oublions pas les plaies de Jésus, parce que d’elles sortent la paix, la joie et la force pour la mission”, a assuré le pape François (Regina Caeli, 28 avril 2019). Car “dans l’image de Jésus crucifié se révèle le mystère de la mort du Fils comme acte suprême d’amour, source de vie et de salut pour l’humanité de tous les temps” (Angélus, 18 mars 2018). 

La couronne, devenue relique, ayant fourni pas moins de 70 épines vénérées un peu partout dans le monde, laisse imaginer que la tête du Christ fut blessée à maints endroits. Et les soldats ne se sont pas contentés des piques de la couronne, ils ont également flagellé Jésus au niveau du visage.

Si saint Bernard de Clairvaux a entendu le Christ lui confier que la blessure la plus douloureuse était celle de l’épaule, la visitandine sœur Marie-Marthe Chambon aurait quant à elle reçu la révélation selon laquelle c’est la couronne d’épines qui aurait fait le plus souffrir Jésus : “Ma couronne d’épines m’a fait souffrir plus que toutes mes autres plaies, elle a été ma plus cruelle souffrance après le jardin des Oliviers”, lui aurait soufflé le Christ.

Un visage déformé, mais un visage aimant

De la même manière que le Christ promet des grâces à ceux qui vénèrent sa plaie à l’épaule, il invite à contempler ses blessures causées par la couronne d’épines. “Les âmes qui auront contemplé et honoré ma couronne d’épines sur la terre seront ma couronne de gloire dans les cieux ! Pour un instant que vous contemplerez cette couronne ici-bas, je vous en donnerai une pour l’éternité. C’est elle, c’est la couronne d’épines qui vous vaudra celle de gloire”, a-t-il confié à sœur Marie-Marthe Chambon au XIXe siècle.

Un visage blessé, déformé par les coups et la douleur, mais un visage aimant. “Ton visage a beau être déformé et ton regard brouillé par les nuées de nos péchés, ils n’en respirent pas moins bonté et amour. Ta Face n’est pas défigurée par la haine. Tu n’as pas le rictus de la vengeance”, s’exclame Mgr Dominique Le Tourneau dans son ouvrage Les blessures du Christ (Artège). “Regarde Jésus dans sa Face… Là tu verras comme il nous aime”, écrivait sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus.

“En contemplant ta Face, en te dévisageant avec ton masque de douleur, ton aspect déformé, devenu grotesque même, je suis en présence d’une personne, de Quelqu’un, et de quelqu’un qui m’aime. Quoi de plus doux que de se savoir aimé, que de sentir auprès de soi un être qui nous aime et qui sait le prouver avec délicatesse, constance et générosité ?” continue Mgr Le Tourneau.

Au-delà de l’amour, son visage annonce sa résurrection, promesse de notre propre résurrection. “L’Église ne cesse de demeurer dans la contemplation de ce visage ensanglanté, dans lequel est cachée la vie de Dieu et est offert le salut du monde. Mais sa contemplation du visage du Christ ne peut s’arrêter à son image de Crucifié. Il est le Ressuscité !”, souligne saint Jean Paul II dans sa lettre apostolique Novo millennio ineunte.

Consécration aux plaies de la tête du Christ

Pour parfaire cette dévotion particulière aux plaies de la tête du Christ, nous pouvons faire nôtre ce paragraphe de la consécration aux plaies de Jésus-Christ, dédié aux blessures de la tête :

Ô Saintes Plaies de la tête de Jésus-Christ,
Je vous consacre mon esprit,
Afin que mon intelligence
Ne soit pas un obstacle à ma sanctification.
Amen.

Pratique

Les blessures du Christ, Lumières pour notre vie chrétienne, Mgr Dominique Le Tourneau, Artège, février 2023, 150 pages, 14,90 euros.

Tags:
crucifixionsainte couronne d'épinesSemaine sainte
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement