Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 14 juin |
Saint Elisée
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

La clé d’un carême réussi selon saint Jean Paul II

JOHN PAUL II

Gerard Julien I AFP

Philip Kosloski - publié le 22/03/23

Dans ses messages du carême, saint Jean Paul II insistait sur plusieurs choses auxquelles nous devrions renoncer, selon lui, durant ces 40 jours de préparation à la résurrection du Christ.

Le carême est une belle période de renouveau spirituel. Durant ce temps, il est d’usage de renoncer à quelque chose pendant 40 jours. Cela consiste souvent à s’abstenir de chocolat ou bien des écrans, mais saint Jean Paul II avait une idée différente des choses auxquelles nous devrions renoncer.

En 1979, dans son premier message de carême en tant que Pape, il écrivait :

“Se priver, c’est non seulement donner de son superflu, mais encore parfois de son nécessaire comme la veuve de l’Évangile qui savait que son obole était déjà un don reçu de Dieu.”

En d’autres termes, s’il est noble de sacrifier les éléments de nos vies qui ne sont pas essentiels, il est également important de donner les choses dont nous avons besoin, en les donnant à ceux qui sont dans une situation plus désespérée. Le Pape polonais avait développé ce concept un an plus tard, expliquant dans son message de carême 1980, que “le vrai partage qui est rencontre des autres nous aide nous libérer de ces liens qui nous font esclaves, et, parce qu’il nous fait voir dans les autres des frères et des sœurs, il nous fait redécouvrir que nous sommes enfants d’un même Père, “héritiers de Dieu et cohéritiers du Christ” (Rm 8, 17) de qui nous tenons les richesses incorruptibles”.

Jean Paul II voyait dans le carême une occasion de pratiquer la charité, en faisant du bien aux plus vulnérables de la société. Enfin, à sa troisième année pontificale, en 1981, il renforce ce message : 

[Le carême est un] temps de vérité qui, comme le Bon Samaritain, nous fait nous arrêter sur la route, reconnaître notre frère et mettre notre temps et nos biens à son service dans un partage quotidien. Le Bon Samaritain, c’est l’église! Le Bon Samaritain, c’est chacun et chacune d’entre nous! Par vocation! Par devoir! Le Bon Samaritain vit la charité.

Saint Paul dit : “Nous sommes donc en ambassade pour le Christ” (2Co 5, 20). C’est là notre responsabilité ! Nous sommes envoyés vers les autres, vers nos frères. Répondons généreusement à cette confiance que le Christ a mise en nous.

Oui, le carême est un temps de vérité ! Examinons-nous avec sincérité, franchise, simplicité ! Nos frères sont là chez les pauvres, les malades, les marginaux, les vieillards. Où en sommes-nous de notre amour ? de notre vérité ?

Durant ce carême, réfléchissons à la manière dont nous pouvons être au service de notre prochain et n’oublions pas de renoncer aux choses non seulement superficielles, mais aussi celles qui sont essentielles, en reconnaissant le sort de ceux qui souffrent parmi nous.

Découvrez aussi les pensées des saints sur la sobriété :

Tags:
CarêmePape Jean Paul II
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-POP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement