Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 28 mai |
Saint Germain de Paris
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Carême 2023 : convertir le désespoir en espérance

chagrin.jpg

Back one line I Shutterstock

Michel Martin-Prével, cb - publié le 20/03/23

La conversion du cœur passe aussi par la conversion de ses émotions. Durant le carême, le père Michel Martin-Prével invite à "évangéliser" ses émotions en les identifiant, puis en les transformant en vertu. À l'instar de Joseph dont la fête est célébrée ce lundi, Aleteia donne des pistes pour passer du désespoir à l'espérance.

Affliction extrême, émotion irrépressible, le désespoir peut prendre toute la personne. Elle est la conscience d’une absence de solution, d’une défaite ou d’un insuccès, d’une confiance brisée dans un avenir prochain. On se suicide souvent par désespoir, c’est dire la nocivité d’une telle émotion, apparaissant comme une petite mort. En résumé, cette émotion est produite par un sentiment d’impossibilité. Un remède humain peut consister à mieux juger la situation, à chercher une solution, une aide, à procrastiner avec les déboires possibles qui s’annoncent.

Mais ce qui rend possible ce qui ne l’est pas encore s’appelle l’espérance ! Elle permet, pour Thomas d’Aquin, d’atteindre un bien que l’on veut obtenir et le secours qui permet de l’atteindre. Mais en puissance, sa réalisation peut être pour le futur. Posséder ce qu’on l’on n’a pas encore change la perspective. Voir déjà dimanche quand on est que vendredi signale le bout du tunnel alors qu’on y est encore. Judas, dans ton désespoir, si tu avais entrevu une autre issue à la condamnation de ton Maître, tu aurais vu la Résurrection !

Là, on peut admettre que la foi chrétienne ajoute quelque chose au désespéré. “L’espérance répond à l’aspiration au bonheur placée par Dieu dans le cœur de tout homme. Elle assume les espoirs qui inspirent les activités des hommes” (CEC 1818). Cette percée vers le Dieu provident se prolonge par la “dilatation du cœur dans l’attente de la béatitude éternelle”. L’espérance, petite sœur de la foi, selon Péguy, “préserve de l’égoïsme et conduit au bonheur de la charité”. “Et au milieu de ses deux grandes sœurs, la foi et la charité, elle a l’air de se laisser traîner… Et en réalité c’est elle qui fait marcher les deux autres. Et qui les traîne, et qui fait marcher le monde” selon l’écrivain. Le monde, qui est tellement menacé de désespoir aujourd’hui, a tant besoin d’espérance. Commençons nous-mêmes par pratiquer cette vertu.

Tags:
Carême
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-1.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement