Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 20 mai |
Saint Bernardin de Sienne
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Carême 2023 : convertir la rage en douceur

agneau.jpg

Luckyrizki I Shutterstock

Michel Martin-Prével, cb - publié le 16/03/23

La conversion du cœur passe aussi par la conversion de ses émotions. Durant le carême, le père Michel Martin-Prével invite à "évangéliser" ses émotions en les identifiant, puis en les transformant en vertu. Aujourd’hui, Aleteia donne des pistes pour passer de la rage à la douceur.

Quelle distance entre la rage et la douceur ! La rage est une forme intense de la colère. Celle-ci se pose sur une blessure, une frustration, une injustice, qui peut être avérée ou pas, mais la rage est la dernière réaction sur une impuissance, un sursaut de violence, plus ou moins consentie, qui envahit le cerveau. C’est une épreuve autant pour ceux qui la subissent que ceux qui s’y abandonnent. On ressent de la rage et on la montre par son comportement physique, l’adrénaline étant à son taux maximal.

Elle est plus grave que la colère qui peut se justifier. On parle alors de colère sainte. Mais parce qu’elle porte à des actes décisifs intenses et ravageurs, on ne peut pas la considérer comme une émotion ordinaire. Aucune qualité ne peut en être tirée. Les possédés sont enragés ! La rage défigure la personne humaine. L’enfant de l’Évangile s’isole, se meurtrit et son pauvre père ne sait plus que faire. On peut subir une colère, mais on se protège d’un enragé. Seul Jésus a pu délivrer le possédé de Gerasa, meurtri et asocial, malheureux et suicidaire.

Avant d’en arriver là, il y a un travail de longue haleine qui combat la rage, en quittant souvent ce qui la motive, chose, situation ou personne. La force mise en œuvre dans la rage est à orienter sur la tendresse, la douceur, qui est la vertu des forts ! Petit à petit, on arrive à vaincre l’irascible par la pratique de la douceur. Tout d’abord en fuyant ce qui la motive, puis en mobilisant la maîtrise de soi qui est l’arme principale de ce combat.

La douceur est un féminin mais elle a une couleur virile. Les non-violents sont des forts, ils associent la douceur à la patience. Ils savent que l’on obtient plus par la douceur que par la force, parce que la douceur est une force plus grande que la violence. “Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage” est la béatitude de ceux qui ont changé leur rage chirurgicale de vaincre ou de vivre en simple homéopathie. Ils ont le courage sans la violence, la force sans la dureté, l’amour sans la colère.

Tags:
Carême
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP-2.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement