Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 04 mars |
Saint Casimir
Aleteia logo
For Her
separateurCreated with Sketch.

Bénédicte Delvolvé : « Rayonner signifie que la lumière vient de l’intérieur »

delvolve.jpg

Agnès de Saint Victor

Bénédicte Delvolvé

Aline Iaschine - publié le 07/03/23

Bénédicte Delvolvé, créatrice des ateliers Illuminessence, aide les femmes à reconnaître les couleurs qui les mettent le plus en valeur et les font rayonner. Entretien.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Si certaines couleurs mettent moins en valeur, d’autres au contraire illuminent un visage et mettent en relief la beauté féminine. Elles révèlent la personnalité et font rayonner l’intériorité. C’est en tout cas ce que Bénédicte Delvolvé s’efforce de montrer à travers les ateliers Illuminessence qu’elle a créés en 2017. De très nombreuses femmes y ont participé pour apprendre à s’accepter, à retrouver l’estime de soi, à se sentir plus féminine et à valoriser leur beauté.

En s’appuyant sur une méthodologie des années 1920 conçue par un artiste suisse, Johannes Itten, qui classifiait les couleurs selon les quatre saisons, Bénédicte Delvolvé aide les femmes à connaître la palette de couleurs qui s’harmonise davantage avec leur visage. Elles pourront alors choisir les vêtements qui les illuminent et mettent en relief leur beauté. Bénédicte Delvolvé a à cœur de permettre aux femmes de faire émerger, par la couleur, leur lumière intérieure unique. 

Aleteia : Qu’est-ce qui vous a amené à créer les Ateliers Illuminessence ?
Bénédicte Delvolvé : C’est une intuition que j’ai eue il y a très longtemps, quand j’avais une trentaine d’années. Ce qui me plaisait le plus dans mon métier d’infirmière, c’était le relationnel : être auprès des personnes, les aider à aller mieux… Mais je me suis aperçue que j’étais plus artiste dans l’âme qu’infirmière. Par ailleurs, j’avais du mal à accueillir mon corps tel qu’il était, même s’il n’y avait pas de problèmes aux yeux des autres. Je me suis dit que ce serait bien de faire des groupes de jeunes femmes pour apprendre à se mettre en valeur et porter un regard bienveillant sur les autres. Ce qui m’importe le plus dans les ateliers, c’est que chaque femme se regarde comme elle est, sans la projection du monde, des parents, des frères et sœurs. Je désire qu’elle se regarde dans son essence, car cela restaure beaucoup de choses. 

Pour vous, qu’est-ce que la beauté ?
C’est la manifestation extérieure de notre poésie intérieure. C’est offrir aux autres notre lumière profonde, notre unicité et notre singularité intérieure, les rendre visibles aux autres. Pour moi la beauté, c’est offrir de manière concrète ce trésor unique que nous sommes, c’est le fond qui remonte à la surface. 

Comment aidez-vous les femmes à valoriser leur féminité ?
Lors de mes ateliers, j’invite chaque femme à se regarder dans le miroir avec beaucoup d’amour et de bienveillance pour elle-même, comme si elle regardait une amie. On regarde son visage, son corps, sans jugement, ce qui n’est pas facile pour les femmes, puisqu’on a toutes des complexes. Puis, mon outil principal pour révéler la beauté et la féminité, c’est vraiment la couleur. 

Accueillir sa beauté intérieure et extérieure, c’est honorer Dieu.

La colorimétrie sépare les couleurs en quatre saisons : « été », « automne », « printemps » et « hiver » et chaque nuancier a ses tons de couleurs. Au cours des ateliers, on pose des tissus près du visage pour comparer différents bleus, roses, jaunes. À partir de la carnation, des yeux et des cheveux de la femme, on voit quelles couleurs se mettent en harmonie. Est-ce que le visage s’harmonise avec la couleur ou est-ce la couleur qui prend le premier pas ?

illuminessence-1.jpg
Atelier Illuminessence

Certaines couleurs restent avec la personne, la mettent en lumière, l’illuminent, d’autres la renferment. Si on n’est attiré que par la couleur et qu’elle prend toute la place, c’est qu’il y a un problème. En revanche, quand les couleurs sont bien choisies, la personne est dans la lumière, elle est valorisée. 

Selon vous, quel est le secret pour rayonner en tant que femme ?
Le secret pour rayonner, c’est de s’aimer pour pouvoir aimer les autres. C’est apprendre à s’écouter, à se connaître, à s’accueillir. Mais c’est aussi cultiver la gratitude car Dieu m’a créée avec ce corps et cette intériorité unique. Je pense que la beauté se reçoit de Dieu. Accueillir sa beauté intérieure et extérieure, c’est honorer Dieu. Je pense qu’il est important de Le remercier pour sa lumière propre et pour cet amour avec lequel Il nous a créées de manière unique.

« Rayonner au lieu de briller » est le leitmotiv de vos ateliers.Quelle distinction faites-vous entre les deux ?
Rayonner signifie que la lumière vient de l’intérieur, donc qu’elle vient de Dieu. La lumière s’offre de l’intérieur vers l’extérieur. Au contraire, briller, c’est chercher la lumière à l’extérieur pour être vue et reconnue par les autres. On va donc chercher des paillettes, du bling-bling, on oriente les projecteurs sur soi. C’est la grande différence. Lorsqu’une femme porte les bonnes couleurs, elle s’éclaire et elle révèle qui elle est. Être rayonnante, finalement, c’est être séduisante dans le bon sens du terme, alors que briller selon moi, c’est être séductrice. 

Des femmes qui vous inspirent ?
Je pense à la Reine Fabiola, une femme qui m’inspire beaucoup pour sa foi, sa féminité et l’amour qu’elle avait pour le roi Baudouin. Je pense aussi à de grandes figures comme sainte Hildegarde ou sainte Mère Teresa, dont l’appel a éclos plus tardivement. Mère Teresa a eu son appel à 46 ans : elle a écouté ses aspirations profondes et son œuvre auprès des pauvres a été très grande. Elle aurait pu vivre tranquillement, en se disant que sa vie allait bientôt s’arrêter, mais elle a répondu à cet appel. Elles ont éclos quand leur fécondité physique allait s’arrêter. Elles nous montrent que la femme peut continuer à porter du fruit tard et longtemps. 

Que diriez-vous aux femmes qui vous lisent pour leur redonner confiance en elles ?
C’est sans doute un chemin personnel pour chaque femme. Cependant, je pense que la couleur est un outil de connaissance de soi fabuleux. Évidemment il n’y a pas que la couleur qui parle de la beauté de la femme, il y aussi les matières, les formes… Cependant, tout cela est relié à notre personnalité, aux talents et aux dons que nous avons naturellement en nous. Je pense que les couleurs et les vêtements sont un outil pour laisser jaillir ce qui se passe au fond de l’âme. Ils peuvent honorer ce trésor qu’est la femme, la mettre en valeur et la faire rayonner. 

Tags:
BeautéFemmes
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement