Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 30 janvier |
Sainte Martine
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

La touchante astuce d’un centre de soins pour conserver le lien entre un père malade et sa fille trisomique

Enfermos miran desde la ventana del Centro Casaverde Villa de Catal (Alicante, España)

Centro Casaverde Villa de Catal (Alicante, España)

Estefania regarde la chambre de son père à travers sa fenêtre

Benito Rodríguez - publié le 24/01/23

Des soignants d’un centre de soins espagnol ont trouvé une solution pleine d’humanité pour permettre à un père atteint de démence de rester lié à sa fille, Estefanía, porteuse de trisomie.

Luis a 78 ans. Il est le père de Estefanía, 38 ans, atteinte du syndrome de Down. Leur relation a toujours été fusionnelle, mais avec l’âge, Luis est progressivement entré dans la spirale de la démence. Il a fini par être admis, avec sa fille, dans un centre de soins et d’accueil, le groupe Casaverde, réservé aux personnes en situation de dépendance, à Alicante en Espagne. Toutefois, si Luis et Estefanía vivent désormais dans le même centre, les bâtiments qu’ils occupent respectivement sont séparés par un jardin intérieur. Chaque bâtiment correspond en effet à un secteur, en charge de pathologies propres. 

Luis et Estefanía se voient tous les jours. Mais quand vient le moment de la séparation, Luis ne parvient pas à accepter le départ de sa fille. Jusqu’ici, c’est lui qui consacrait sa vie à prendre soin d’Estefanía. Avec l’âge pourtant, la relation de dépendance s’est progressivement inversée : chaque départ est vécu comme un déchirement, vécu comme une véritable source d’anxiété. « Lorsque les soignants emmenaient Fani voir son père quotidiennement, le moment des adieux était douloureux. Le père était très contrarié. Il ne comprenait pas pourquoi ils emmenaient sa fille », explique un soignant au journal espagnol La Verdad. « Peu importe à quel point les soignants et les assistants ont essayé de lui expliquer que sa fille allait simplement prendre un goûter, ou qu’elle allait faire des activités, il n’y avait aucun moyen pour lui de comprendre que ce départ n’était pas définitif. »

Anciano mira por la ventana en el Centro Casaverde Villa de Catal (Alicante, España)
Luis regarde sa fille dans le bâtiment d’en face

Une solution ingénieuse pour relier le père et sa fille

Le centre d’accueil a alors décidé de se creuser la tête. Comment préserver la qualité de vie de Luis et de Estefanía, sans que le père ne se sente abandonné ni esseulé ? Une des psychologues, Vanesa López Manchón, a fini par établir un moyen à la fois simple et ingénieux pour leur permettre de communiquer sans devoir demeurer ensemble toute la journée. Luis a beau perdre certaines capacités, il est toujours en mesure de lire. « Je lui ai écrit un petit mot pour qu’il comprenne que sa fille était proche de lui, afin qu’il puisse le lire tous les jours », a-t-elle expliqué au média espagnol. « Ensuite, j’ai cherché une astuce concrète pour qu’il repère la chambre de sa fille, située dans le bâtiment en face de la sienne. »

Enfermos miran desde la ventana del Centro Casaverde Villa de Catal (Alicante, España)
Estafania regarde son père à travers sa fenêtre

Pour identifier la fenêtre de Estefanía, l’équipe de soignants et Vanesa ont décidé de coller un énorme cœur rouge à la vitre. « Comme Fani est un peu “le cœur” de son père, nous avons pensé qu’un cœur pouvait être un bon symbole. » Luis n’a plus qu’à s’approcher de sa fenêtre pour la voir, en attendant la prochaine visite dans la journée. Petit à petit, Luis comprend que lorsque Estefanía n’est pas avec lui, elle demeure tout près de lui, simplement occupée à ses activités. Une initiative pleine d’humanité et d’empathie, partagée sur les réseaux sociaux et saluée par de nombreux internautes.

Tags:
MaladieTrisomie 21
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement