Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 01 février |
Sainte Brigitte de Kildare
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Le désir de l’infini ou comment oser tout dans sa vie

Article réservé aux membres Aleteia Premium
woman walking forest

Ground Picture / Shutterstock

Marzena Devoud - publié le 10/01/23

Oser le tout pour le tout, se dépasser, aimer… Autant d'attitudes qui supposent de passer outre les fausses croyances qui nous limitent. Pour y arriver, pourquoi ne pas se tourner directement vers le Christ, celui qui a les clés qui ouvrent vers la vraie plénitude ?

« J’ai trop peur de souffrir », « j’en suis incapable », « c’est trop risqué »… Qui n’a pas été accaparé au quotidien par des pensées limitantes de ce type ? « C’est vraiment mon cas ! », confie à Aleteia, Clara, 23 ans, étudiante parisienne en grande école. « J’ai l’impression parfois de vivre une double vie. Le matin, je me projette dans des grands changements et l’envie de tout bouleverser. Car quelque chose me dit que ma voie n’est pas forcément de réussir mon école, mais peut être de partir pour une mission qui serait directement liée à ma foi… Et quand vient le soir, une petite voix dresse la liste des obstacles : « enfin, sois réaliste », « il faut que tu gagnes ta vie », « les temps sont durs »… Pas facile d’oser tout laisser tomber », reconnaît-elle.

Gagner sa vie ou vivre pleinement ?

Mais désirer vivre, est-ce gagner sa vie ou vivre pleinement ? Cette petite voix du soir, est-ce celle qui ramène Clara au réel, en la tentant de mener une vie confortable, sans peines ni inquiétudes ? Quelle est la clé pour éviter les fausses croyances ? Dans son ouvrage La véritable philosophie du Christ. Osez désirer tout(Flammarion), le philosophe Denis Marquet, donne une réponse saisissante. Et elle part de cette recommandation du Christ :

Dans ce passage, Jésus désigne un mode de vie où les besoins de l’être humain sont comblés, où règne une parfaite abondance. Mais cet art de vivre décrit par le Christ est-il réaliste ? Comment, pratiquement, ne pas se faire de souci pour subsister ?

Si nous vivons dans le manque (matériel, social, affectif…), c’est que nous cherchons en priorité ce qui est secondaire.

« Le Christ propose un renouvellement de notre être. Tout ce que nous savons n’a, dès lors, plus aucune valeur. En réalité, nous vivons d’une vie infinie. Mais nous avons décidé de nous séparer de notre source de vie. Nous sommes influencés par la pression ou la peur de devoir avant tout assurer notre existence matérielle, ce que l’on appelle faussement « gagner notre vie ». Alors que le Christ propose, écrit Denis Marquet, la vraie « voie pour entrer dans une parfaite abondance ».

Une question de priorité

A la clé de cet art de vivre, il y a le mot « d’abord ». Dans le passage cité, le Christ change l’ordre de priorité : d’abord l’essentiel, ensuite l’accessoire. Et il alerte : si l’accessoire devient la priorité, l’essentiel risque alors de se perdre. Voilà pourquoi les soucis et les tracas du quotidien doivent être considérés comme ce qui « reste ». « Si nous vivons dans le manque (matériel, social, affectif…), c’est que nous cherchons en priorité ce qui est secondaire », affirme le philosophe.

Mais comment mettre au second plan les peines du quotidien ? Comment respecter l’ordre de priorité et oser tout dans sa vie ? Voici deux pistes qui viennent des enseignements du Christ :

1Se tourner vers l’intérieur

Qui, dans sa vie quotidienne ne connaît pas des pics de tension plus ou moins intenses, en fonction des tracas et des soucis ordinaires ? « Nous sommes tendus vers des objets extérieurs (personnes, biens, situations) que nous convoitons ; ou bien raidis contre ce qui, dans le monde extérieur nous effraie », écrit Denis Marquet. Et même si le besoin de se nourrir, se vêtir, dormir sous un toit est comblé, ce n’est pas pour autant que la tension disparaît. Elle fixe alors d’autres convoitises : une nourriture plus savoureuse, un vêtement plus beau, une maison plus grande… « Les passions nous jettent alors d’une attraction à une autre et ne nous laissent jamais en repos. Notre conscience, obnubilée par l’extérieur, se situe ainsi à la périphérie de nous-mêmes ; et notre sensation de nous-mêmes se réduit aux vicissitudes de notre tension et de ses brefs soulagements », insiste-il.

Alors que le Christ indique clairement que le périphérique n’est pas essentiel, il donne même une recommandation à l’opposé : celle de se retourner vers l’intérieur. Pourquoi ? Saint Augustin l’a très bien saisi. Car Dieu est « plus intérieur que le plus intime de moi-même ».

2Réparer le désir malade

Dans ce cas, comment faire avec les tentations et les désirs orientés vers la périphérie ? Si le bouddhisme parle de l’homme « malade de désir » et enseigne alors d’en guérir en cessant de désirer, le christianisme a une toute autre vision : c’est le désir qui est malade. Il ne s’agit donc pas de s’en débarrasser, mais de le réparer, de lui « redonner sa santé ». « La guérison christique ne consiste pas à renoncer au désir, mais à réparer le désir. Et s’il s’agit de renoncer à quelque chose, ce n’est pas au désir ni même à ce que l’on désire, mais à un ordre de priorité faux. Alors, dans l’ordre de notre désir, que s’agit-il de mettre en priorité ? « Cherchez d’abord le règne et la justice de Dieu », explique Denis Marquet.

Le Christ propose ainsi un renouveau de l’être en plaçant le désir dans l’infini, loin des tensions liées aux biens finis. Et il dresse ainsi un art de vivre radical qui indique une chose : cesser de se battre, cesser de peiner, mais se reposer en Dieu et oser désirer l’infini : « Venez à moi, je vous donnerai le repos ». Ce repos en Dieu et le désir de l’infini permettent alors une plénitude, celle aux deux éclats essentielles : la grâce et l’amour.

Découvrez aussi les douze pensées des grands saints sur l’âme :

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
désirDieumode de vie
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement