Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 02 février |
Présentation de Jésus au Temple
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Le premier pas pour savourer le goût de la prière

Article réservé aux membres Aleteia Premium
woman praying

Gianna Bonello | Unplash | CC0

Marzena Devoud - publié le 08/01/23

Heureuse mais parfois difficile, la prière personnelle ! Qui n’a jamais ressenti cette frustration en essayant de bien prier ? Pour y arriver, voici un conseil pour faire le premier pas.

« La prière personnelle ? Je ne sais pas m’y prendre », avoue Agnès, lilloise de 37 ans, mère de deux garçons en bas âge. Pourtant, elle participe régulièrement à des veillées de prière. Membre d’un groupe paroissial qui s’occupe des personnes en situation de précarité, elle a l’habitude d’organiser des temps de recueillement ou de se joindre aux autres pour prier. Seulement, elle est toujours beaucoup plus à l’aise pour chanter ou faire un partage de lecture d’évangile, que pour prier seule. « J’ai du mal à prier seule, que ça soit le matin en me levant, le soir avant d’aller me coucher ou pendant les veillées où il y a des temps consacrés à la prière individuelle. C’est difficile pour moi, j’ai l’impression que je ne sais pas le faire. Toutes mes tentatives me semblent scolaires, alors que je sens que la prière doit être un temps réellement passé avec Dieu », confie-t-elle à Aleteia.

Comme Agnès nombreux sont ceux qui ressentent une difficulté avec la prière personnelle. Comment faire le premier pas ? Comment savourer enfin le goût de la prière personnelle ? Par quoi commencer ? Et, en fait, quel est le lieu de la prière : l’âme, l’esprit ou le cœur ? Où se situe la rencontre personnelle avec Dieu ?

Selon le Catéchisme de l’Eglise catholique, « c’est tout l’homme qui prie mais pour désigner le lieu d’où jaillit la prière, les Ecritures parlent parfois de l’âme ou de l’esprit, le plus souvent du cœur (plus de 1000 fois). C’est le cœur qui prie ». (2562)

Mais, ici, il faut faire l’attention. Car oui, c’est le cœur qui est le lieu de la prière, mais « dans le langage de la Bible qui est celui de Jésus, le « cœur » ne désigne pas le lieu du sentiment. Il est le centre de la personne », explique le frère carme Dominique Sterckx, auteur de L’oraison, petit guide pratique(Editions Emmanuel). C’est « notre centre caché, insaisissable pour notre raison et par autrui, seul l’Esprit de Dieu peut le sonder et le connaître », précise le Catéchisme. Ce cœur a d’ailleurs plusieurs fonctions : il est à la fois celui de la décision, de la vérité, de la rencontre et enfin le lieu de l’Alliance :

« Le lieu de la décision, au plus profond de nos tendances psychiques ; le lieu de la vérité, là où nous choisissons la vie ou la mort ; le lieu de la rencontre, puisque, à l’image de Dieu, nous vivons en relation : il est le lieu de l’Alliance ». (Le Catéchisme de l’Eglise catholique)

Comment descendre dans son cœur ?

Mais concrètement, comment aborder la prière personnelle quand ce sont les pensées vagabondes qui dominent l’esprit ? S’il est naturel d’être envahi par les pensées, la prière ne peut être seulement une activité de l’esprit, parce qu’elle est surtout une rencontre. « Une véritable rencontre entre personnes ne se fait pas avec des pensées pieuses, ou on récite le Notre Père sans pour autant s’adresser au Père. Il faut entendre cette plainte de Jésus :

« Ce peuple m’honore des lèvres mais son cœur est loin de moi » (Mc 7,6)

La prière ne se ramène pas non plus au sentiment, même si celui-ci est bon. « On peut éprouver des sentiments forts envers quelqu’un (sympathie ou antipathie) sans pour autant entrer en relation avec lui », explique le frère Dominique Sterckx. Pratiquement, il est bon de se demander : Est-ce que je prie au niveau de mes pensées ou à celui de mon cœur ?

Les anciens moines sont formels :  » Faites descendre la prière dans vos cœurs »

Les anciens moines sont formels : « Faites descendre la prière dans vos cœurs », insiste Dominique Sterckx. S’il ne s’agit pas d’un mouvement spontané, il est possible de l’apprendre. Certes, il faut parfois du courage, pour aller au plus intime de soi. Si ce chemin est difficile, aride parfois, la prière gagne alors en profondeur et en vérité. Pour y arriver, il n’y a pas de méthode précise, parce qu’une rencontre n’entre pas dans le cadre d’un moyen efficace qui conduit toujours au résultat. L’important est la manière dont on aborde l’autre : Êtes-vous attentif à l’autre, ou bien centré sur votre propre personne, dans vos pensées, enfermé dans le souci de vous-même ? 

Dire simplement : « Seigneur, tu es là, avec moi »

Il est alors essentiel de veiller à l’entrée dans la prière, qui ne se fait pas en un instant. Elle demande parfois trois, cinq ou dix minutes, pour quitter le niveau cérébral et descendre à celui du « cœur ». Pour y arriver, le premier pas est de prendre conscience de Celui à qui on s’adresse, et de sa présence. « Que ce soit le Christ, le Père, l’Esprit Saint, ou Dieu sans précision, il est présent, tout proche, comme il nous le révèle en sa Parole », précise le frère carme. Descendre la prière dans son cœur, c’est entrer en contact par un acte de foi et non pas en cherchant à « sentir sa présence ». On peut lui dire simplement, mais avec attention : « Seigneur, tu es là, avec moi ».

Douze pensées des grands saints sur la prière du matin :

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
conseilsPrière
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement