Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 01 mars |
Saint Aubin d'Angers
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

En 2023, guérir de la flemme ?

10 conseils pour prendre soin de son âme

© Shutterstock

Pierre d’Elbée - publié le 07/01/23

Rongés par la flemme, les Français auraient perdu le goût de l’effort… Pour le philosophe Pierre d’Elbée, nous ne sommes pas seulement devant une fatigue physique ou mentale, mais devant une panne de désir. La solution : retrouver l’espérance !

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Une épidémie de flemme se serait-elle emparée de la France d’aujourd’hui, dans le domaine privé comme professionnel ? Selon la Fondation Jean-Jaurès, près d’un tiers des Français se sent démotivé (40% des 25-34 ans), 4 Français sur 10 se trouvent plus fatigués qu’avant la pandémie, 59% des Européens sont en surpoids par manque d’exercice physique, 45 % de nos compatriotes avouent ressentir la flemme de sortir de chez eux, même pour aller au cinéma, alors que le marché des services à domicile explose, depuis la « vidéo à la demande » (Netflix, Amazon, Disney +), jusqu’aux aux consoles de jeu en passant par les services de repas à domicile (Deliveroo, Uber Eats…). 

Professionnellement, après la « grande démission » ou « la démission silencieuse », 37% des salariés avouent être aujourd’hui moins motivés qu’avant la crise sanitaire : « Alors qu’en 1990, deux fois plus de sondés considéraient comme « très important » le travail (60%) par rapport au loisir (31%), cette hiérarchie est aujourd’hui inversée : 41% pour les loisirs versus 24% seulement pour le travail. »

Un climat anxiogène

On évoque volontiers le Covid et l’expérience du confinement qui ont imposé le télétravail et favorisé le chez soi au détriment du bureau quand c’est possible. Mais également le management court terme exclusivement orienté sur le résultat financier qui vide le travail de sa substance et de son intérêt, la balance efforts/avantages qui n’est plus aussi intéressante pour les salariés, les lieux de travail déshumanisés (open space et flex office), la diminution irréversible du temps de travail : « Entre 1997 et 2002, la durée annuelle moyenne de travail a reculé de 1732 à 1655 heures », et le rapport à l’effort qui est clairement moins présent chez les jeunes générations : « Il faut souffrir pour réussir : 62% des plus de 65 ans adhèrent à cette formule, 62% des 18-24 ans la rejettent ! » Sans parler du climat mondial anxiogène : la guerre et le spectre d’une apocalypse nucléaire, la menace sanitaire, l’évolution climatique non réversible, la montée des prix de l’énergie et des matières premières, etc.

Manque d’horizon

Pourquoi tant de monde se sent-il si fatigué ? Il n’est pas suffisant de distinguer la fatigue physique qui résulte d’une activité corporelle intense ou prolongée, la fatigue mentale produite par l’attention soutenue, l’ennui ou encore l’usure du temps, et la fatigue morale qui lui est souvent liée, mais qui est surtout la conséquence d’un manque de patience, de persévérance, de courage…

On essaie de tirer son épingle du jeu avec ses proches plutôt que de viser un idéal partagé jugé inaccessible.

La fatigue contemporaine me paraît plus profonde, par manque d’horizon, par déficit de sens. On est fatigué parce que notre désir ne sait plus sur quoi porter. On ne croit plus à la politique, ni à un avenir climatique serein, le religieux n’est plus considéré comme une ressource, ce qui nous attend est menaçant et il n’y a pas grand-chose à faire, ça ne peut qu’aller plus mal… On cherche des refuges plutôt qu’à s’impliquer dans des projets. On essaie de tirer son épingle du jeu avec ses proches plutôt que de viser un idéal partagé jugé inaccessible. Le cocooning réaliste plutôt qu’une générosité illusoire.

Le choix de l’espérance

Le dictionnaire définit l’espérance « comme une disposition de l’âme qui porte l’homme à considérer dans l’avenir un bien important qu’il désire et qu’il croit pouvoir se réaliser ». Prophétique, Péguy nous rappelle la puissance de cette vertu fragile : « Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’espérance. Et je n’en reviens pas. Cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout. Cette petite fille espérance. Immortelle. » Vertu du temps à venir, l’espérance transforme le souhaitable en possible, elle alimente le désir sans jamais renoncer au meilleur, quels que soient les vents contraires. À la lucidité frileuse et volontiers envahissante, elle oppose un sourire doux et discret. Elle trace un chemin illisible aux gens trop réalistes, elle travaille sans se faire remarquer, mine de rien elle avance, elle appartient à la foule des anonymes qui soutiennent le monde sans bruit et lui apporte un supplément d’âme quand il en manque. C’est elle qui protège de la léthargie et fait renaître ceux qui ne se sentent plus le cœur à l’ouvrage. L’espérance ! c’est le meilleur à se souhaiter pour cette nouvelle année 2023.

Tags:
loisirsTravailVie professionnelle
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement