Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 29 mai |
Sainte Ursule Ledochowska
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Les erreurs à ne pas commettre sur un faire-part de mariage

INVITATION CARD

© Senpo - Shutterstock

Faire-part.

Claire de Campeau - publié le 06/01/23

Comment convier les invités à la messe ? Pour mentionner le prêtre, quelle formule est la plus adaptée ? Quelle formulation convient le mieux pour annoncer l’heure et le lieu du mariage ?

La rédaction du faire-part de mariage occasionne chez certains futurs mariés et leur famille des nœuds au cerveau. Les tournures de phrases ne sont pas toujours évidentes à trouver et  il s’agit de n’oublier aucune information à transmettre sur l’invitation. Si certains optent pour  des formules classiques à la troisième personne, d’autres choisiront des tournures plus  actuelles et personnelles. Tour d’horizon des habitudes usuelles pour vous permettre d’y voir  plus clair.  

Qui fait part ?

Traditionnellement, sur un faire-part de mariage classique, toute la famille annonce le  mariage. Il est alors d’usage de citer tout d’abord, s’ils sont vivants, les arrière-grands-parents,  les grands-parents paternels, les grands-parents maternels puis les parents. C’est la famille des futurs mariés qui annonce le mariage de ces derniers. Chaque nom est devancé, si besoin, de son titre ou de sa distinction honorifique. 

Un faire-part n’est pas une invitation : il annonce le mariage à venir.

Il est de plus en plus courant que les fiancés annoncent eux-mêmes leur futur mariage, auquel  cas la famille élargie n’est pas citée sur le carton et peut être évoquée par une formulation du  type : “Untel et untel, entourés de leurs parents” ou uniquement “Untel et untel ont la joie  de vous inviter à leur mariage !”

Un faire-part n’est pas une invitation : il annonce le mariage à venir. Cependant, il est souvent d’usage de le faire parvenir aux convives accompagné directement d’un carton d’invitation  conviant à la cérémonie et aux festivités qui s’ensuivent.  

Comment mentionner le prêtre ?

Si plusieurs prêtres officient le jour du mariage, il est important de préciser celui qui présidera  la célébration et celui qui recevra l’échange des consentements. La distinction peut être faite  grâce à des formulations telles que : “Ils vous prient d’assister à la messe de mariage qui sera  célébrée par le Père Untel”, “Le consentement des époux sera reçu par le Père Untel”.  

Au sujet du prêtre, attention à l’appellation choisie : “Monsieur l’Abbé”, dont la racine vient  de abba : prêtre, était très utilisée jusqu’au concile Vatican II, il tend à l’être moins aujourd’hui  et à être réservé à l’appellation du supérieur d’une abbaye. L’appellation “Père” est généralement préférée pour un prêtre. Comme le  souligne Jean-Francois Chiron, théologien, auprès de nos confrères de La Vie : “Canoniquement, rien n’a  changé, mais la notion de paternité s’est popularisée.” Les deux termes sont donc corrects et il peut être judicieux de poser la question de sa préférence au principal intéressé. Le terme de “frère” est plutôt réservé aux religieux faisant partie d’ordres consacrés à la vie active tels que les franciscains. S’il s’agit d’un évêque, il convient de l’appeler Monseigneur.

Si le mariage se déroule lors d’une messe, il est important de le préciser par des termes tels  que : “La cérémonie religieuse sera célébrée en l’église…. par le Père Untel…” En cas de simple bénédiction, on adoptera une formule telle que : “La bénédiction  nuptiale aura lieu le… en l’église …” 

Le nom de l’église sera écrit sans majuscule à église : est évoqué le bâtiment et non l’Eglise  des croyants.   

Une invitation en bonne et due forme

Sur le carton d’invitation, il est utile de rappeler le lieu de l’église mais aussi l’adresse et  l’heure de la réception, s’il s’agit d’un déjeuner, d’un dîner ou encore d’un cocktail dinatoire.  

Pour inviter les convives à la réception qui suit la cérémonie religieuse, on peut opter pour les formules suivantes : 

“Afin de continuer cette journée inoubliable, nous serons heureux de vous retrouver autour d’un  dîner servi à partir de xxx heures.”

“Untel et Untelle vous convient ensuite à les rejoindre dans les jardins du château de Xxx pour prolonger les festivités.”

Ou encore : “Un cocktail dinatoire sera servi à l’issue de la cérémonie au Pavillon du Roi.” 

Des indications d’ordre pratique peuvent être données : coordonnées GPS, présence de baby-sitters, thème pour la journée ou la soirée dansante, souhait ou non que les invités  portent un chapeau ou autre tenue particulière.  

Un délai pour la réponse peut être donné aux invités ainsi qu’une éventuelle adresse mail  dédiée et créée pour l’occasion. Certains futurs mariés préparent une page internet autour de  leur mariage, ou encore une liste de mariage : le carton d’invitation vous permet de  transmettre ces informations à tous les convives, noir sur blanc.  

Le carton d’invitation et le faire-part ne peuvent faire qu’un ou figurer sur deux papiers  différents. 

Il peut être bon de se rappeler, tout au long de sa préparation au mariage, que l’essentiel reste le sacrement du mariage. Les détails de forme et d’usages revêtent de l’importance pour certaines personnes mais ne peuvent devenir la priorité lors d’une préparation au mariage. Le jour du mariage ne dure que quelques heures tandis que l’engagement, lui, concerne toute la vie !

Tags:
MariageMesse
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement