Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 29 janvier |
Saint Gildas
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

La dernière leçon de Benoît XVI

Article réservé aux membres Aleteia Premium
officials-preparing-the-casket-of-the-late-Pope-Emeritus-Benedict-XVI-at-St.-Peters-Basilica-in-The-Vatican-AFP-000_336J8LU-e1672929732798

AFP

Préparation du cercueil du pape émérite Benoît XVI, le 5 janvier 2023.

Vincent Morch - publié le 05/01/23

Étendu simplement sous les yeux du public, dans son ultime abandon, le corps du pape défunt dit au monde entier l’éminente dignité de l’homme qui, jusque dans la mort, ne renonce jamais à l’espérance d’une joie sans limite.

Benoît XVI repose désormais dans la paix de Dieu. Et lui qui fut à la fois un grand penseur et un fin défenseur de la tradition de l’Église, suffisamment pour poser, avec sa renonciation, un acte ayant abasourdi les plus libéraux des commentateurs, nous offre en ces jours, dans le silence de son dernier sommeil, une dernière et capitale leçon. Alors que le monde occidental n’a de cesse de rejeter les moribonds et les morts dans ses confins les plus reculés, alors qu’il tend à réduire le mystère de la mort à un problème technique, pour les transhumanistes, ou législatif, pour les tenants de l’euthanasie — comme si le droit de « choisir sa mort » allait magiquement la délester de son poids d’interrogations métaphysiques —, alors qu’il met en œuvre une ingéniosité sans limite pour faire disparaître au plus vite les cadavres (en fumée, en compost, en diamant), depuis quelques jours se multiplient dans la presse les images de la dépouille du pape émérite.

Dans son ultime abandon

Le voici donc, cet homme si bon, cet intellectuel si brillant, ce pape si timide saisi dans la posture des gisants, les mains agrippées à son chapelet noir, avec à ses pieds des souliers étonnamment vernis et à son visage méconnaissable le teint cireux des trépassés. Le voici donc qui, avec une simplicité désarmante, avec une humilité bouleversante, s’offre aux regards de l’Église et du monde dans la dernière nudité de sa condition. Ecce homo. Voici l’homme. L’homme dans son ultime faiblesse. Son extrême abandon.

Mais Benoît XVI, avec toute la force de son intelligence, avec toute la vigueur de sa foi, avait mis ses pas dans ceux d’un Maître qui avait déclaré : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. » Et, si l’on y regarde à deux fois, ce corps à la fois si frêle et si lourd ne semble pas témoigner que de lui-même, c’est-à-dire de sa prochaine dissolution : le buste légèrement surélevé, la tête délicatement penchée de côté, le menton relevé vers le ciel, et comme avec un ineffable sourire qui flotte sur ses traits, il attend. Il espère. Alors qu’il se tient aux frontières du néant, ce n’est pas du néant qu’il nous parle, mais de son amoureuse apothéose.

L’éminente dignité de l’être humain

Figé dans sa dernière attitude, Benoît XVI nous aide à saisir la portée immense du christianisme : la réalité est sauvée. La mort est là, toujours, le cadavre est froid, les larmes sont chaudes, mais tout cela est désormais traversé, déchiré, d’une espérance qui sans rien nier de la souffrance l’ouvre sur une joie sans limite. Paradoxe rédempteur qui nous donne la force d’aimer véritablement le monde — peut-être notre seul, mais ô combien magnifique devoir.

Je songe à tous ceux que l’on convainc peu à peu que leur décrépitude physique est synonyme de vie absurde et inhumaine.

Dans une récente tribune publiée dans leFigaro, Raphaël Enthoven et Pierre Juston écrivent, entre autres raisons pour lesquelles ils se déclarent favorables à l’euthanasie : « On ne guérit pas à coup de bienveillance le désespoir d’être aphasique ou impotent. Aucune lumière venue d’un autre ne rend l’envie de vivre à celui qui est l’ombre de lui-même. » Je songe, en lisant ces lignes, à ces milliers de malheureux que ces bons apôtres du progrès enferment cyniquement dans leur désespoir. Je songe à tous ceux que l’on convainc peu à peu que leur décrépitude physique est synonyme de vie absurde et inhumaine. Je songe à la souffrance des proches qui devront faire semblant d’accepter sans ciller la violence du suicide assisté. Je songe à la dépouille de Benoît XVI qui, avant de glisser dans l’ombre du tombeau, manifeste l’éminente dignité de l’être humain, jusqu’à l’ultime étape de son parcours terrestre.

Revivez en images les funérailles de Benoît XVI :

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
funerailleshommageMortPape Benoît XVI
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement