Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 05 février |
Sainte Agathe de Catane
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

« Ce n’est pas ce que j’avais commandé! » : comment gérer la déception de son enfant à Noël?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
CHRISTMAS GIFT

Egrigorovich I Shutterstock

Caroline Moulinet - publié le 24/12/22

Moment de flottement à l’ouverture des cadeaux, un enfant présente une mine déconfite et paraît déçu par son cadeau. Comment réagir devant la déception de son enfant ?

« Je veux le camion rouge que j’avais commandé ! » Quel parent n’a pas été un jour confronté à la déception d’un enfant devant le sapin de Noël ? La déception de l’enfant renvoie en premier lieu à l’émotion de l’adulte qui se retrouve dans une situation bien inconfortable. Il avait passé du temps à choisir un cadeau à l’enfant et son cadeau apparemment ne lui plait pas. Cette situation est douloureuse. Il faut une grande mesure d’humilité à l’adulte pour accepter que, malgré son désir de faire plaisir, l’enfant n’est pas satisfait.

Aujourd’hui, les psychologues fournissent un éclairage en rappelant que les enfants de moins de six/huit ans expriment tout haut ce qu’ils pensent. En exprimant leur déception, ils ne souhaitent pas blesser l’adulte, ils partagent simplement leur émotion. Leurs parents ont donc à leur apprendre, progressivement, à voir au-delà de l’objet la chance de recevoir quelque chose, le temps qu’a passé la personne, l’affection qui se reçoit dans le geste et l’intention.

A la messe, le prêtre dit dans la deuxième prière eucharistique : « Vraiment, Père très Saint, il est juste et bon de te rendre grâce, toujours et en tout lieu ». Une attitude spirituelle qui commence dans notre vie incarnée. Apprendre la gratitude et la sincère reconnaissance, même devant un objet ou une situation qui ne correspond pas à ce que nous avions personnellement prévu, est source de beaux fruits. Ceci est d’autant plus vrai si la déception de l’enfant est teintée de l’envie envers le jouet de son cousin ou de son frère. Remercier pour le don reçu et se réjouir de ce que reçoivent les autres est un long apprentissage.

Il peut arriver que le jeu reçu par l’enfant soit source de déception parce qu’il ne le connaît pas. Si l’adulte propose une partie avec l’enfant, le bon moment passé ensemble, les liens qui se tissent, les souvenirs qui se créent, donnent de la valeur au cadeau et la déception initiale s’atténue fortement. « Tu as reçu ce jeu de plateau ? Je l’aimais beaucoup quand j’avais ton âge, et si nous jouions tous ensemble pendant le temps du café tout à l’heure ? » C’est cet instant de communion qu’il sera préférable de garder en tête, plutôt que l’émotion malheureuse à l’ouverture du paquet.

Expliquer sans reproche à l’enfant que tel jeu l’amusera plus longtemps qu’un autre objet à la mode aide aussi à ce que la déception ne cache pas un penchant au consumérisme. Pour cela, cultiver une part de mystère pendant l’Avent peut aider : l’enfant, ne sachant pas ce qu’il va recevoir, peut espérer l’une des choses de sa liste au Père Noël, tout en sachant qu’il va aussi recevoir des cadeaux auxquels il n’a pas pensé lui-même. Il aura plaisir à découvrir quelles surprises ont pu être préparées pour lui.

Proposer à l’enfant de préparer également des cadeaux pour les autres peut l’aider à voir la valeur d’un cadeau au-delà de l’objet. Le temps qu’il aura passé à préparer une carte pour sa grand-mère ou la pièce qu’il aura pris dans son argent de poche pour offrir un joli crayon à sa petite sœur, ces cadeaux très simples lui ouvriront un chemin pour se réjouir lui-même. En espérant de son côté que son cadeau sera reçu avec joie, il apprend aussi comment recevoir un cadeau. C’est pourquoi mettre des mots sur la joie dont l’adulte est témoin aide l’enfant à apprendre la gratitude : « Regarde comme Grand-Père est content d’avoir reçu ce livre, il est déjà plongé dedans ! » ou « Est-ce que tu as envie de cuisiner avec tes cousins ? Regarde les jolis emporte-pièces que Manon a reçu pour faire des sablés ! »

Finalement, dans les grandes fêtes de l’année, il y a parfois une lutte contre les mauvais esprits, mais cette lutte n’est pas vaine : elle est un pas de plus pour vivre la joie de Noël et rendre grâce pour les cadeaux reçus.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
CadeauxEnfantsNoël
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement