Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 27 mai |
Saint Augustin de Cantorbéry
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Ce prêtre a restauré les toits de 600 églises

DSCN8174.jpg

Fermín González.

La rédaction d'Aleteia - publié le 14/12/22

Surnommé le "prêtre à la tronçonneuse", Fermín Ángel González a restauré en 40 ans les toits de 600 églises de la région de Burgos, en Espagne. Une prouesse digne du Livre Guinness des records.

Si aujourd’hui Fermín Ángel González ne foule plus les toits des églises, ce prêtre de 67 ans rencontre sans cesse des gens dans les rues de Burgos (Espagne) qui le saluent avec reconnaissance. Rien d’étonnant : depuis 40 ans, ce prêtre surnommé “el cura de la motosierra” (“le prêtre à la tronçonneuse”) a sauvé les toits de 600 églises et réparé avec l’aide des bénévoles plus de 1.700 structures d’églises. Un exploit digne du Guinness des records qui fait la une des médias espagnols et motive les habitants de la région à faire connaître son incroyable travail de sauveur du patrimoine.

Mais pourquoi ce prêtre a-t-il besoin de tant de bois ?

L’histoire commence au tout début de son ministère. Lorsqu’il démarre sa première mission pastorale, dans la paroisse de Cebrecos, il trouve le toit de la tour de l’église dans un état désastreux. “Nous n’avions pas d’argent, alors avec un groupe de bénévoles, nous avons décidé de le réparer nous-mêmes. J’ai commencé les travaux de construction par nécessité”, explique-t-il à la télévision Creo. Ce que le prêtre ne peut probablement pas soupçonner à l’époque, c’est qu’il s’agit de la première de plus de 1.700 structures en bois construites depuis, soit la restauration de 600 églises.

DSCN2844.jpg
Un des toits du clocher reconstruit par le père Fermín González et un groupe de bénévoles.

“J’ai commencé comme un idiot sans penser que j’allais faire des toits dans tous les villages autour en prenant des mesures, en préparant les dessins de l’église, en faisant ses calculs, puis en coupant le bois et en l’assemblant en structure définitive…”, confie-t-il.

Pourtant, pour le “prêtre à la tronçonneuse”, l’essentiel de ce travail n’est pas dans la restauration du patrimoine. “Ma plus grande joie est de voir à quel point les gens sont généreux. Lorsque vous êtes généreux, tout se multiplie de façon merveilleuse. Des personnes qui n’étaient pas pratiquantes ou qui n’appartenaient à aucune croyance, mais qui savaient la valeur de ce qui est important pour les habitants, ont travaillé gratuitement à nos côtés…”, poursuit-il.

cura-de-la-motosierra.jpg
Des volontaires qui restaurent le toit d’une église dans la région de Burgos (Espagne).

Mais comment a-t-il pu marier ce travail avec sa mission spécifiquement pastorale ? “Pour moi, il s’agit d’une seule et même tâche : veiller sur les personnes qui vous sont confiées. Il y avait toujours le temps pour le travail, le temps pour la formation et pour l’accompagnement. Il y avait aussi le temps pour la prière et pour les célébrations. Je ne sais pas si je l’accomplis bien, mais ma mission de prêtre est de rendre l’Évangile présente dans les différentes sphères de la vie, y compris en travaillant ensemble pour sauver les toits des églises”, ajoute-il. 

Tags:
PatrimoineRestauration
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-2.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement