Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 01 mars |
Saint Aubin d'Angers
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

L’Église en France se dote d’un tribunal pénal national inédit

ASSEMBLEE-PLEINIERE-EVEQUES-CEF-ciric_391436.jpg

Guillaume POLI / CIRIC

Assemblée plénière des évêques de novembre 2019, Lourdes.

Agnès Pinard Legry - publié le 05/12/22

La Conférence des évêques de France (CEF) a inauguré ce lundi 5 décembre son tribunal pénal canonique national qui commencera à fonctionner en janvier 2023. Une première mondiale.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Le projet était sur le rail depuis plusieurs mois. Le tribunal canonique national (TPCN) de la Conférence des évêques de France (CEF) a été officiellement installé ce lundi 5 décembre par Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la CEF et commencera à fonctionner en janvier 2023. Il s’agit d’un tribunal canonique inédit « qui n’existe, sous cette forme et avec ce champ de compétences, au sein d’aucune autre conférence épiscopale dans le monde ». Sur les 13 membres qui ont prêté serment lundi, huit sont prêtres et cinq sont des laïcs, dont quatre femmes. Concrètement, il aura notamment pour fonction de traiter les affaires d’abus sexuels commis dans l’Église sur des majeurs.

Outre les cas de prêtres, religieux ou laïcs coupables de violences sexuelles sur personnes majeures, ce TPCN — qui ne se substitue pas à la justice civile — pourra aussi être saisi pour des cas d’abus de confiance, d’abus spirituels (sans dimension sexuelle) ou encore de délits financiers. Il ne sera néanmoins pas compétent pour les affaires d’abus sexuels sur mineurs qui sont actuellement jugées, sauf exceptions, au Vatican.

 Les affaires dont va se saisir le TCPN étaient jusqu’à présent traitées par des tribunaux installés dans chaque diocèse (ou commun à plusieurs diocèses). Mais il était parfois reproché à l’évêque d’être à la fois juge et partie dans une affaire dans la mesure où il pouvait être juge d’un prêtre de son propre diocèse. Les juridictions de l’Église n’étaient par ailleurs pas toujours dotées de personnel suffisamment nombreux ou suffisamment formé en droit canonique.

Tags:
Abus sexuelsJustice
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement