Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 05 février |
Sainte Agathe de Catane
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Quel bilan pour la nouvelle traduction du missel un an après ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Catholic mass.

Pascal Deloche | Godong

Valdemar de Vaux - publié le 26/11/22

L’Avent commence ce dimanche 27 novembre et avec lui une nouvelle année liturgique. Il y a un an débutait à cette occasion l’usage de la nouvelle traduction du missel pour les messes francophones. Un an, de quoi faire un premier bilan de ce changement loin d’être anodin.

Deux semaines. C’est il y a deux semaines seulement que Jacqueline, 82 ans, s’est rendue compte que les textes de la messe n’étaient pas ceux auxquels elle est habituée depuis bien longtemps. Une anecdote charmante qui montre s’il le fallait que le passage à une nouvelle version de la traduction (l’édition originale, ou typique, est en latin) du missel n’a pas suscité de troubles dans la prière des fidèles. Surtout, la chose s’est majoritairement faite avec fluidité dans les paroisses, les nouvelles habitudes s’installant plus facilement qu’imaginé.

Pourtant, en novembre 2021, quand les catholiques de France s’apprêtent à découvrir ces modifications durant l’eucharistie, certains ne comprennent pas. Un mois après la publication du rapport de la Ciase, l’Église en France ne devrait-elle pas plutôt s’occuper d’empêcher toute sorte d’abus au lieu d’une réforme accessoire ? Ceux qui s’interrogent de cette manière n’ont peut-être pas en tête que la nouvelle traduction, demandée par Rome dans toutes les langues vernaculaires, attendait depuis 2002…

Dans les changements eux-mêmes, la mention de « frères et sœurs » notamment lors du Je confesse à Dieu, a réconforté les uns et irrité les autres. Que l’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore, cette mention est fidèle au latin. Elle correspond à l’appellation antique des chrétiens, conscients de leur fraternité (cf. la lettre à Philémon) ; même si certaines occurrences sont des rajouts et que la formule a moins de sens dans les assemblées masculines, au séminaire ou ailleurs. 

Quand on interroge donc les fidèles sur leur bilan après un an de pratique avec la nouvelle traduction, les avis sont majoritairement positifs : « Je me fais souvent la réflexion que la prière eucharistique est plus belle », confie Jean. Comme lui, certains sont sensibles au fait que les modifications du rituel, souvent entendu ou récité machinalement, aident à faire davantage attention à ce qui est dit : « Changer permet de redécouvrir le texte que j’entends habituellement d’une oreille distraite », explique par exemple Paul qui est diacre. 

Des réponses plus fidèles au latin

Si les réponses des fidèles ont peu changé, celles prononcées par le prêtre, elles, sont plus précises théologiquement et plus fidèles au latin. Dans le credo, le « consubstantiel » remplaçant « de même nature » pourrait ainsi paraître inaperçu, mais Laëtitia, jeune philosophe, est heureuse de cette correction qui est plus conforme à la doctrine christologique. Du côté du célébrant, qui a remarqué qu’il devait bénir – mais nombreux l’oublient ! – « au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » ? Qui prête attention au « il dit la bénédiction » qui se substitue au « il bénit » au début de la consécration ? 

À vrai dire, les subtilités peuvent bien nous échapper, chacun comprend qu’il est important que la prière la plus fondamentale de l’Église, la « source et le sommet » dit Vatican II, corresponde parfaitement à la foi révélée professée. Plus encore, dire des paroles parfois mystérieuses infuse en nous les mots qui justes pour connaître Dieu et en témoigner.  

C’est un bon moyen de se souvenir que si chacun commet des péchés, personne ne peut être assimilé à eux.

« Les péchés » ont par exemple pris la place, partout pendant la messe, du « péché », du Je confesse à Dieu au Gloire à Dieu et à l’Agnus, un détail qui passe souvent à la trappe. Mais, témoigne Pierre, « c’est un bon moyen de se souvenir que si chacun commet des péchés, personne ne peut être assimilé à eux. Sans oublier que nous manquons concrètement à l’amour, la formule dit bien que Dieu les pardonne. » Cette méconnaissance de ce qui peut apparaître comme théorique à la plupart illustre la nécessité de formation mise en avant par la lettre Desiderio desideravi du pape François sur la formation liturgique du peuple de Dieu. La nouvelle traduction était une occasion parfaite pour se réapproprier la théologie qui sous-tend la prière de l’Église. L’occasion a-t-elle été saisie ?

À l’inverse, un prêtre regrette que la volonté d’être le plus proche possible de la version latine ait conduit à des suppressions. Pendant la Vigile pascale la troisième formule de l’Exultet (« Nous te louons splendeur du Père, Jésus fils de Dieu ») connue des fidèles et comprenant un refrain, a ainsi été supprimée. Dans le chapitre des regrets, Clovis estime que le choix de coller à la syntaxe latine ne fonctionne pas toujours en français et entraîne des lourdeurs : « qui est aussi le vôtre », « veuille nous admettre », « ta famille que tu as rassemblée »…des détails, certes, mais le font parfois tiquer.  

Un but magnifique mais une tâche immense

La nouveauté la plus marquante a sans doute été le changement du dialogue à la fin de l’offertoire. Le prêtre disait : « Prions ensemble au moment d’offrir le sacrifice de toute l’Église » et les fidèles répondaient : « pour la gloire de Dieu et le salut du monde ». La formule est toujours proposée, mais lui est préférée celle de l’édition typique. Le célébrant dit : « Que mon sacrifice qui est aussi le vôtre soit agréable à Dieu le Père tout-puissant » et l’assemblée répond « que le Seigneur reçoive de vos mains ce sacrifice, à la louange et à la gloire de son nom, pour notre bien et celui de toute l’Église ». 

Beaucoup, prêtres et fidèles, notamment parce que la nouvelle est plus longue à apprendre, regrettent l’ancienne, peu usitée, qui mettait l’accent sur le but du sacrifice eucharistique : le salut du monde. Un but magnifique mais une tâche immense. Celle qui la remplace d’ordinaire précise l’articulation entre prêtre et assemblée et insiste sur la nécessaire participation de chacun à l’œuvre de salut accomplie par le Christ dans sa mort et sa passion. 

Restent les détails matériels. Parce qu’avec la nouvelle traduction est arrivée l’an passé une édition totalement rénovée qui semble du goût des célébrants. Plus jolie, plus soignée, plus lisible, elle est aussi assortie de partitions qui ne sont pas de petites aides pour les prêtres qui veulent, comme y invite le Saint-Père, soigner toujours davantage la liturgie, culte rendu à notre Créateur et Sauveur. 

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
LiturgieMissel
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement