Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 09 décembre |
Sainte Léocadie
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

François le Piémontais, le voyage très personnel du Pape à Asti

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Pope-Francis-celebrates-mass-on-November-20-2022-at-the-cathedral-of-Asti-AFP-

VINCENZO PINTO | AFP

Camille Dalmas - publié le 20/11/22

"Je me suis toujours senti citoyen d’Asti" : c’est la confidence faite par le pape François au maire de la cité piémontaise, alors que celui-ci lui remettait la citoyenneté d’honneur de sa ville ce 20 novembre. L’anecdote, rapportée par "La Repubblica", donne le ton du voyage inhabituellement personnel que le pape François a effectué ces deux derniers jours, les 19 et 20 novembre, sur la terre de ses ancêtres.

En 1929, son père Mario Bergoglio, encore jeune homme, avait quitté ces contrées agricoles, suivant ses deux parents qui avaient décidé de se rendre à l’autre bout du monde, en Argentine. Devant la communauté d’Asti, François a tenu à rendre hommage à « ces terres rendues précieuses par les bons produits du sol et surtout par l’authentique travail acharné des gens ».

Le pape argentin, dont c’était le premier voyage à caractère personnel en près de 10 ans de pontificat, a expliqué être revenu pour « retrouver le goût des racines ». Celles-ci, à Asti, s’enracinent dans son excellente gastronomie, celle des vignobles des Langhe et du célèbre Barbera, ou encore de la truffe blanche d’Alba.

Mais plus qu’un terroir – qu’il apprécierait grandement -, le pape était venu retrouver ses racines familiales, soit une poignée de cousins et cousines avec lesquels les Bergoglio d’Argentine n’ont jamais coupé les ponts. Après avoir sillonné le monde de long en large ces dernières années, François s’est enfin accordé une journée de visite à caractère strictement privé.

Certes, il ne s’agit pas encore de sa patrie de naissance, l’Argentine, où il n’a pas pour l’instant souhaité – ou osé – revenir. Mais ce petit pays italien semblait pour lui être comme une nation de substitution.

Une fois arrivé de Rome en hélicoptère samedi, il est d’abord allé déjeuner chez sa chère cousine Carla à Portacomaro, à l’occasion du 90e anniversaire de sa parente. Il a été reçu dans ce tout petit village situé sur la crête d’une colline à une dizaine de kilomètres d’Asti comme un héros local. Le maire, Alessandro Bagliano, était encore ému alors que le pontife venait de lui faire ses adieux : « Quel honneur pour nous, quelle joie de le savoir parmi nous ! ».

asti.jpeg

Le curé de la petite paroisse, Don Andrea Ferrero, partageait cet enthousiasme, soulignant le choix du pape de rendre visite à des pensionnaires d’une maison de repos du village. L’humble bourg dont il a la charge et ses 2.000 habitants, reconnaît-il, a connu de meilleurs jours, que ce soit d’un point de vue du dynamisme économique ou de la vigueur de la foi. Les vins ne poussent plus beaucoup sur ses coteaux sans valeur, et la paroisse est moins remplie qu’il y a 100 ans. « Le pape nous donne de l’espérance », assure-t-il cependant, se félicitant de l’effort commun déployé par toute la petite communauté pour l’accueillir.

Le lendemain, c’est par une foule nombreuse que François a été accueilli alors qu’il sillonnait les rues d’Asti pour se rendre à la magnifique cathédrale Notre-Dame de l’Assomption d’Asti pour célébrer la messe, en ce jour du Christ Roi. Dans son homélie, il a invité ses hôtes à puiser dans leur passé pour retrouver leurs valeurs et relancer les vocations qui tendent à diminuer drastiquement ces dernières années.

asti2.jpeg

À la fin de la messe, l’évêque des lieux, Mgr Marco Prastaro, a réussi à faire rire le pape François, pourtant coutumier des mines graves lors des célébrations, en lui déclarant qu’Asti était « vraiment le centre du monde ». Une façon pour le prélat de rappeler la centralité de l’eucharistie qui venait d’être célébrée, mais aussi d’exprimer sa joie de voir l’évêque de Rome, primes inter pares, se retrouver comme chez lui dans ces terres piémontaises.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
Pape François
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement