Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 03 décembre |
Saint François-Xavier
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Le G20 à Bali, un sommet sans issue

G20-sommet-053_AR-KYD_EOI20221116X00001494_20221116115359

The Yomiuri Shimbun via AFP

Réunion d'urgence du G7 durant le G20, Bali, Indonésie, le 16 novembre 2022.

Jean-Baptiste Noé - publié le 17/11/22

À l’ordre du jour du G20 réuni à Bali les 15 et 16 novembre, la guerre en Ukraine. Si dans le communiqué final "la plupart des pays membres" condamne l’invasion russe, il s’agit surtout d’une posture qui ne coûte rien et n’engage à pas grand-chose. Pour le géopoliticien Jean-Baptiste Noé, ce sommet traduit une incapacité occidentale et une victoire chinoise.

La diplomatie française se réjouit d’avoir été influente dans la rédaction du communiqué final du sommet du G20 qui s’est tenu les 15 et 16 novembre à Bali : « La plupart des membres ont fermement condamné la guerre en Ukraine. » « La plupart », cela signifie « pas tous ». Mais le public ne connaîtra pas les noms des pays qui ont refusé cette condamnation. Preuve que le positionnement sur cette guerre ne fait nullement l’unanimité dans le groupe des vingt plus grands pays du monde. « Condamner » est une chose facile, qui ne coûte pas beaucoup, et qui n’engage à rien. Le Brésil a condamné l’invasion, dès le mois de février, tout en refusant de voter des sanctions. Le nouveau président élu, Lula Da Silva, a même affirmé que l’Ukraine était responsable de la situation. Des propos qui ont jeté un froid dans le camp occidental, pourtant si prompt à le soutenir contre Bolsonaro.

Un regrettable sur-place 

Le communiqué final montre surtout que, depuis février, rien n’a changé et que les Occidentaux n’arrivent toujours pas à imposer leurs vues aux autres pays membres. Un G20 où figurent des pays de poids, tant démographiques qu’économiques, qui n’ont aucun problème à ne pas céder aux injonctions occidentales. « Condamner » l’invasion, près de neuf mois après le début de celle-ci, ne change rien à la situation, ni au départ des Russes, ni au début des négociations, ni au retour de la paix. Ce que montre Bali, c’est surtout un regrettable sur-place : rien n’avance et chacun reste sur ses positions.

Condamner, certes, mais pour quoi faire ? Vladimir Poutine et son entourage se moquent bien des condamnations, tant que cela reste à l’état de mots sur un communiqué. Ledit communiqué qui sera vite oublié sitôt chaque délégation rentrée chez elle. Ce qui pose la question de l’utilité de ces grandes rencontres internationales. Les diplomates pourront toujours arguer que mieux vaut se voir et parler ; cela est toujours utile. Mais force est de constater que rien ne bouge et rien n’évolue, à l’image du terrain militaire qui semble figé, en dépit de quelques mouvements ici et là.

Des rencontres pour rien ?

 C’est bien la Chine qui était au centre du sommet, et c’est elle qui a imposé son rythme et son tempo. États-Unis et pays d’Europe lui ont demandé de modifier sa position à l’égard de la Russie et d’inviter Poutine à la négociation. Xi Jinping a réussi à s’imposer et à se placer au centre du jeu, jouant très bien le rôle de l’empire du Milieu. Aveu de faiblesse des Occidentaux qui ne sont pas les maîtres du temps en Ukraine, reconnaissance de puissance pour la Chine, vers laquelle tous les regards et tous les espoirs convergent. Il suffisait de laisser venir les autres membres du G20, sans même avoir à négocier quoi que ce soit.

À force de trop s’engager sur les fronts diplomatiques, ceux-ci finissent par se démonétiser.

De cette rencontre, il ne ressort donc pas grand-chose, tout comme de la COP27 tenue au même moment au Caire (6-18 novembre). Des grands raouts diplomatiques qui à force d’être trop nombreux perdent en utilité et en efficacité. Sous couvert de diplomatie, ils effacent la diplomatie. Puisque les chefs d’État négocient directement en face à face, avec leurs administrations, les ministres des Affaires étrangères sont ravalés au rang de diplomates et les diplomates perdent en utilité. Là réside le danger à la fois de la personnalisation extrême de la diplomatie et de la concentration de l’action diplomatique dans la personne des chefs d’État. À force de trop s’engager sur les fronts diplomatiques, ceux-ci finissent par se démonétiser. À force de chercher des coups d’éclat lors des sommets et à produire des communiqués « historiques » la diplomatie, œuvre du secret et du temps long, perd son utilité. Réuni à Bali, le G20 n’a pas réglé la guerre en Ukraine et pour l’instant nul ne voit d’issue possible. 

Tags:
IndonésieoccidentPolitiqueRussie
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement