Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 09 décembre |
Sainte Léocadie
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Que veut dire le pape François par « colonisation idéologique » ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
CONTAINERS SHIP

Iam_Anupong I Shutterstock

Xavier Lefebvre - publié le 06/11/22

Pour le pape François, la colonisation idéologique est cette entreprise qui vise à homogénéiser les peuples, au mépris de la liberté des nations et de la dignité des personnes. L’alternative est la défense de la culture propre à chaque nation. Explications.

Lors de sa rencontre au Canada, le 27 juillet dernier, avec les autorités civiles, les représentants des peuples autochtones et le corps diplomatique, le pape François a utilisé l’expression de « colonisation idéologique« . Cette expression fait partie des formules habituelles du Saint-Père, comme d’autres tout aussi évocatrices (« tout est lié », « le temps est plus important que l’espace », « aller aux périphéries » …). François l’a employée à maintes reprises. Par exemple, au cours du vol de retour des Philippines, le lundi 19 janvier 2015, lors de sa rencontre à Tbilissi (Georgie, 2016) ou encore le 10 septembre 2019 : « Aujourd’hui, il n’y a pas de colonisations géographiques — du moins pas beaucoup… —, mais il y a des colonisations idéologiques, qui veulent entrer dans la culture des peuples et changer cette culture et homogénéiser l’humanité… la colonisation idéologique cherche à effacer l’identité des autres pour les rendre tous pareils. »

Ou encore, lors de la rencontre avec les membres de l’Assemblée générale de l’ONU (25 septembre 2015) évoquant la tentation de « promouvoir une colonisation idéologique à travers l’imposition de modèles et de styles de vie anormaux, étrangers à l’identité des peuples et, en dernier ressort, irresponsables ».

L’expression de « colonisation idéologique » manifeste la confrontation de deux modèles d’universalité dans le monde d’aujourd’hui : l’uniformisation imposée par des instances idéologiques étrangère aux destins des peuples, et celui d’une universalité respectant les modèles culturels propre à chaque pays, chaque nation. C’est ainsi que le Pape en parle dans deux documents officiels. D’abord dans l’exhortation apostolique Querida Amazonia (2020) : « De même qu’il y a des potentialités dans la nature qui peuvent se perdre pour toujours, la même chose peut arriver avec les cultures qui portent un message non encore écouté, cultures plus que jamais menacées aujourd’hui. »

En recommandant la lecture du roman apocalyptique véritablement prophétique de R. H. Benson, Le Maître de la Terre (1907), le Pape disait : « En le lisant, vous comprendrez bien ce que je veux dire par “colonisation idéologique” » (19 janvier 2015). Dans l’exhortation Christus Vivit (25 mars 2019) ensuite, adressée aux jeunes, le Pape met « les points sur les i » :

« Dans de nombreux pays pauvres, les aides économiques de pays plus riches ou d’organismes internationaux peuvent être liées à l’acceptation de propositions occidentales ayant rapport à la sexualité, au mariage, à la vie ou à la justice sociale. Cette colonisation idéologique nuit surtout aux jeunes… S’il vous plaît, ne vous laissez pas acheter, ne vous laissez pas séduire, ne vous laissez pas asservir par les colonisations idéologiques… C’est ainsi que fonctionnent les idéologies de toutes les couleurs, qui détruisent (ou dé-construisent) tout ce qui est différent et qui, de cette manière, peuvent régner sans opposition. »

Une guerre culturelle

Cette expression de « colonisation idéologique » est en continuité directe avec la pensée des papes Jean-Paul II et Benoît XVI sur les idéologies contemporaines. Le premier, dans son dernier livre Mémoire et Identité, parle des « idéologies du mal », qui voulaient détruire toute culture en Europe dans la première partie du XXe siècle (communisme soviétique et nazisme). Le second a montré, dans toute son œuvre, le développement de la « dictature du relativisme », se répandant actuellement par les idéologies déconstructivistes et le wokisme

À cet universalisme mortifère, déracinant l’homme de sa culture, (…) le catholicisme oppose la défense des cultures propres de chaque nation, avec un véritable universalisme, fondé sur la vocation des peuples

Lors de ce pèlerinage pénitentiel au Canada, le pape François rappelle donc le drame de la guerre culturelle de la mondialisation que nous vivons, à la racine des conflits actuels : l’uniformisation d’un modèle idéologique hors-sol qui détruit en l’homme l’image de Dieu (méditation quotidienne du 1er juin 2018) sur la seule loi du libéralisme économique et moral, réduisant l’homme à n’être qu’un produit jetable de la société de consommation mondialisé. À cet universalisme mortifère, déracinant l’homme de sa culture, de son histoire, de son milieu naturel, le catholicisme oppose la défense des cultures propres de chaque nation, avec un véritable universalisme, fondé sur la vocation des peuples (voir M. Detchessahar, La Nation, chemin de l’universel, DDB 2022). L’universalisme de la consommation ou l’universalisme de la fraternité : il nous faut maintenant choisir clairement entre deux conceptions de l’homme et de la politique.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
culturePape François
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement