Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 03 décembre |
Saint François-Xavier
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Pourquoi les animaux ne parlent pas ?

Caroline_IMG_0273.jpg

Caroline

Jeanne Larghero - publié le 04/11/22

La manière dont un enfant acquiert le langage nous enseigne sur la richesse symbolique de la parole. Si l’animal utilise des signes, remarque la philosophe Jeanne Larghero, il n’est pas capable d’inventer un autre monde, ou de dire un monde invisible.

Les mots ne sont pas des étiquettes posées sur le réel, un réel qui serait lui-même divisé en pièces de puzzle prédécoupées ; ce serait imaginer l’univers comme un immense château de Lego, devant lequel on apprendrait par cœur, minutieusement, le nom de chaque brique, et le nom de chaque catégorie de brique. C’est tout l’inverse qui se produit : la façon dont l’enfant prend progressivement, mois par mois, possession de sa langue maternelle est très instructive. Face au fouillis de sons qui lui parviennent, depuis sa naissance et même bien avant sa naissance, son jeune cerveau établit des liens d’associations, de reconnaissance de la répétition de certains sons, de leurs combinaisons, jusqu’au jour où enfin il se lance. 

Quand l’enfant se construit un monde intérieur

Après avoir gazouillé, bredouillé, zozoté, après avoir été guidé et corrigé par ses parents, il se construit un monde intérieur dans lequel une boule n’est pas une poule même si les sons sont proches, un monde dans lequel une auto n’est pas une moto même si les deux font vroum vroum… Autrement dit, par l’assimilation de la langue, le monde peut être perçu par l’enfant dans sa précision : les relations de cause à effet lui parviennent, grâce à ce prodigieux travail de généralisation et d’abstraction que sa jeune intelligence est en train de fournir. Le fouillis du monde, ce fouillis de couleurs, de bruits et de formes se constitue comme un monde ordonné au fur et à mesure que la construction des phrases prend du sens pour lui.

Notre langue nous permet surtout de dire un monde que nous ne voyons pas, elle nous rend capable de penser et de dire que Dieu existe. 

Il peut non seulement avoir accès au réel, mais il peut également inventer un autre monde. La parole ne sert pas à désigner le réel comme le pensait la philosophie nominaliste pour qui les mots sont des catégories posées sur les perceptions, ce qui ferait de nous des singes savants, de ceux qui mémorisent un grand nombre de signes et apprennent à les associer à des objets. La langue que nous apprenons ne nous sert pas seulement décrire des objets et à mettre des mots sur les choses, à dire que le chat mange la souris, mais la langue nous permet également de dire qu’un lion parle à un rat, qu’un renard se moque d’un corbeau, qu’un agneau négocie avec un loup, ou que la terre est bleue comme une orange. Notre langue nous permet surtout de dire un monde que nous ne voyons pas, elle nous rend capable de penser et de dire que Dieu existe

La richesse symbolique de la parole

Les animaux les plus évolués sont dotés d’outils de communication et sont capables, notamment les grands singes, d’acquérir et d’utiliser un certain nombre de signes. Cependant on ne peut les considérer comme des êtres vivants capables de parole, comme tendent à le faire trop souvent les tenants de la cause animale : cela consisterait à ignorer la complexité de l’apprentissage de la langue chez les humains, à ignorer la richesse symbolique de la parole et à considérer finalement qu’on éduque un enfant comme on élève un singe savant.

Tags:
animauxlangues
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement