Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 27 novembre |
Saint Innocent d'Irkoutsk
Aleteia logo
Tribunes
separateurCreated with Sketch.

Ce Message qui unit l’Église au monde

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Saint-Peters-Basilica-CANONISATION-May-14-2022

Antoine Mekary | ALETEIA

Benoist de Sinety - publié le 30/10/22

Le risque pour l’Église, en situation de désintérêt général, serait de ne chercher qu’à se conforter elle-même. Plutôt qu’une énième réforme de structure, pense le père Benoist de Sinety, curé de la paroisse Saint-Eubert de Lille, l’Église doit accepter sa vocation dans sa fragilité : offrir la Parole qui l’unit au monde.

Il y a un peu plus de vingt ans une poignée de jeunes gens, gonflés par l’enthousiasme des JMJ de Rome, proposait à Paris un projet pour annoncer à la ville et à ses habitants la bonne nouvelle de cette sainteté que l’on célèbre le 1er novembre. La veille, le 31 octobre, devant une église Saint-Sulpice éclairée de centaines de bougies, une grande scène permettait à des jeunes groupes de se lancer et de, peut-être, rencontrer un public sensible à la louange et à une rythmique plus enlevée que lors des messes dominicales. Holyween, le nom de cette fête, a permis à des milliers de jeunes de venir se réjouir, de prier, de chanter et de témoigner, de cette Toussaint ordinairement d’avantage perçue comme une fête de morts.

Le témoignage d’une foi souriante

Bien sûr, le clin d’œil à la citrouille existait. Il est même honnête de dire qu’il était à l’origine du projet. Mais ni les participants à la soirée, ni ceux qui distribuaient le journal gratuit au nom éponyme tiré à 15.000 exemplaires, ne s’y attardaient. Pour tous, l’important était dans le témoignage d’une foi jeune, vivante, souriante et profonde. Il n’y avait pas de guerre à faire, sinon celle pour tendre la main et dialoguer avec ceux que l’on rencontrait ou que les notes jouées sur le parvis poussaient à entrer dans l’immense église pour s’y recueillir ou rencontrer un prêtre. 

Je pensais à ce lointain passé en tombant sur la énième invitation postée sur les réseaux sociaux, à lutter contre, je cite, « ces crétins d’athées qui veulent détruire la vraie religion en important le démoniaque Halloween« . Pauvre « vraie religion » si elle nous pousse à la haine devant l’agitation de quelques cucurbitacées… Il y a dans cette colère des accents d’impuissance qui seraient touchants s’ils n’étaient tant répétitifs et sommaires.

Les temps changent

J’en parlais à un ami, qui revendique son incroyance ou en tout cas ses doutes sérieux, et qui me fit remarquer que lui-même ne voyait jamais ce genre de messages alors qu’il est bien plus friand que moi des réseaux sociaux.

Il y a vingt ans, un évêque qui se rend coupable d’abus sexuels et commet pour cela des sacrilèges graves, aurait fait la une de tous les médias.

C’est, me dit-il, que la sphère où s’expriment ceux que je lis parfois, est de plus en plus étroite et qu’elle ne se diffuse quasiment plus. Et c’est vrai que les temps changent sur ce point aussi. Il y a vingt ans, un évêque qui se rend coupable d’abus sexuels et commet pour cela des sacrilèges graves, aurait fait la une de tous les médias. Il n’occupe tristement la « une » que des titres de presse catholiques, et il y a fort à parier que la plupart de nos concitoyens en ignorent tout. « Tant mieux » diront ceux qui redoutent le scandale. « Ouf » soupirera l’intéressé qui peut du coup sortir dans la rue relativement tranquillement. Mais on est aussi en droit d’y voir un pas de plus dans le désintérêt total de nombre des Français pour l’Église, ses pompes comme ses frasques.

Le risque pour l’Église, dans cette situation de dédain ressenti et constaté, serait de ne plus chercher qu’à se conforter en elle-même. « Après tout, qu’importe les vicissitudes des uns si dans ma communauté tout se passe bien ? » Et, pour que cela continue à se passer au mieux, qu’importe si les mécontents, les dégoûtés, les fâcheux — pour tout dire — prennent la porte ? Autant rester avec des gens qui partagent les mêmes sentiments, et vogue le navire !

Délivrer un message

Devant les scandales et les défaillances, certains se replient, rentrent la tête dans les épaules et attendent la fin de l’averse. Mais il n’y aura pas de fin : un malade atteint d’un cancer peut-il imaginer que « ça passera » en mangeant de la soupe le soir et en faisant du sport le matin ? Il pourra ressentir un léger mieux, trompeur, qui n’empêchera rien. S’il veut vivre, il lui faut se soigner. Et le soin ne consiste pas à rentrer chez soi, tirer les verrous et tirer à vue sur tout ce qui semblerait remettre en cause ce précieux confort. Il y a quelque chose d’immense qui se profile, dont nul ne connaît les étapes à venir. Depuis vingt siècles, l’Église n’a cessé de réfléchir sur elle-même, sur le monde, sur ce lien qui les unit. Ce lien, c’est la Parole qui fait de l’Église bien plus qu’une religion au sens administratif et structurel du terme. Elle en fait, comme le dit le cardinal Aveline, un Message. L’Église ne peut être que si elle accepte l’immense fragilité de cette vocation. Car un message est une parole qui se communique, se reçoit, attend réponse, se discute, s’analyse, débat, mais toujours, oui toujours, s’offre.

C’est un peu de cela, il y a plus de vingt ans, qui mobilisaient les jeunes autour de Saint-Sulpice : délivrer un message dont ils n’étaient ni les auteurs ni les propriétaires, mais les porteurs. Plutôt que des énièmes réformes de structure, espérons que les discussions qu’auront les pasteurs de notre Église, réunis à Lourdes, sauront laisser résonner cet appel dont la Bible se fait l’écho puissant : « Qui enverrais-je ? » Et qu’ils ne se risquent pas à mettre trop hâtivement des barrières à tous ceux qui aspirent encore à répondre : « Moi, Seigneur ! »

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
Eglise catholiqueFoi
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement